Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Archange Deshommes écrit qu'Haïti devrait se faire aider par les pays qui ont une expertise en...

Publié par siel sur 5 Septembre 2021, 22:26pm

Catégories : #REFLEXIONS perso, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE, #AYITI ECONOMIE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

... gestion de tremblement de terre.

Ca devrait être  une évidence, non ? Mais en Haïti , dans le pays tèt kale/tèt an ba, penser devient un pêché. (Merci aux politiciens illettrés/ et  marchands de micro/ et youtubeurs  manipulateurs/et religieux de toutes confessions pareillement illettrés  dont ceux du vaudou, qui abrutissent leurs fidèles pour mieux les voler)

Tout ce qui est logique, toutes les actions, toutes les collaborations qui pourraient être bénéfiques qu fonctionnement du pays et améliorer les conditions de vie de ses habitants est systématiquement rejeté.

Je vous ai parlé ici du choix  néfaste de  Colombiens pour "aider " la police à lutter contre les gangs. Cette aide a eu pour conséquence l'assassinat du président et n'a absolument pas permis de stopper le phénomène des gangs - lesquels au contraire se sont multipliés.

Pourquoi choisir précisément des Colombiens quand on sait le rapport des militaires et paramilitaires avec le trafic de drogue ?

Irresponsabilité ou intérêts bien calculés ?

C'est comme la polémique sur l'armée dont la disparition serait soi-disant responsable de la prolifération de gangs. Les pro-armée prennent l'exemple de celles qui ont participé à des coups d'Etat militaires et appuyés des régimes dictatoriaux en AM du Sud, mais qui néanmoins n'ont pas été abolies.

D'abord les armées de Colombie, du Honduras, du Brési, du Salvador et autres n'empêchent pas l'existence de gangs dans ces pays. Elles ont plutôt connues pour leur brutalité et leur corruption.

EN RD, ABINADER essaie de faire le ménage dans cette vaste machine couteuse . On lui souhaite bonne chance, sachant que l'ex-président Leonel FERNANDEZ avait déclaré que s'il tentait de réformer l'armée, elle ferait un coup d'État contre lui.

Ensuite et encore une fois, les journalistes comme Marcel JOSEPH de Moment Vérité, trompe par ignorance ou sciemment le public en prétendant que l'armée est essentielle dans un pays ( Vous vous rappelez du slogan niais des tèt kale diffusé sur tous les media " Un pays sans armée n'est pas un pays".

Pourtant le Costa Rica n'a pas d'armée - ayant fait le choix à un moment de son histoire de l'abolir la considérant comme un encombrant, budgétivore et fauteur de troubles et que le budget de l'armée serait mieux utilisé dans l'éducation-. Un clic sur internet vous offrira l'occasion de comparer le taux d'alphabétisés, le niveau de vie, la sécurité, le système judiciaire, l'administration, le tourisme et la protection de l'environnement avec ce qui se passe ne Haïti.

Quand Marcel JOSEPH déclare péremptoirement qu'il faut être bête pour abolir une armée,  il insulte le général Costaricain qui en a décidé, et expose sa propre bêtise au regard du développement du Costa Rica. 

En fait, la transition de l'armée à la police et la transition de la dictature ont été un échec pour la même raison qui est : l'absence de rupture véritable.

La police a été formée avec des anciens militaires , style Y. LATORTUE, G. PHILIPPE et une quantité d'autres éduquées dans  les pratiques de "maspinaj", d'abus sur les plus faibles, de concussion, de cooptation.

La dite transition démocratique, après les quelques mois d'ARISTIDE au pouvoir, a été totalement minée par le Coup d'État, mais également, au retour d'd'Aristide par une administration totalement liée de près ou de loin à celle  en place pendant les 29 ans de la dictature.

Les années entre 1986 et 1991 et celles entre 1991 et 1994 peuvent être qualifiées de bamboche des militaro/maocuto/duvaliéristes qui règnent en maître, volent le Trésor public, s'enrichissent grâce au trafic de drogue et terrorisant les plus pauvres - les partisans d'ARISTIDE.

Ces années sont terribles, elles sont marquées par des crimes et la fuite de bon nombre d'Haïtiens parmi les moins corrompus et les plus éduqués. Cette population exilée ne reviendra plus en Haïti que pour y rendre visite à leurs familles et passer des vacances.

Le travestissement des réalités -ce que  font les zentelektyèl- est coutumier en Haïti. Il leur faut adapter les faits à leurs analyses - qui relèvent plus de croyances, plongés qu'ils sont jusqu'au cou dans les dogmes chrétiens et  mystères vaudou.

Michel Soukar est le seul intellectuel que j'aie entendu mettre l'accent sur les ravages provoqués par la guerre psychologique dans les cerveaux haïtiens et son influence dans les choix politiques des dirigeants. J'ai des divergences avec lui- notamment concernant son assertion que l'indépendance d'Haïti serait advenue trop tôt.

Une révolution n'arrive ni trop tôt, ni trop tard, elle nait dans un contexte. Ce contexte  peut lui être favorable comme à CUBA (guerre froide et appui des Soviétiques) ou défavorable comme Haïti ( absence totale de soutien, haines vu le dérangement dans le système esclavagiste  rapportant d'énormes bénéfices  dans l'Occident et les Amériques)

Les  hommes esclaves et les hommes libres de Saint-Domingue, auraient-t-ils dû attendre que les USA abolissent l'esclavage et qu'en en grands seigneurs  ils leur octroient la liberté ?

Bon, ce n'est pas le sujet, mais il ne me semble pas que le boulot d'un historien soit de porter des jugements de cette sorte.

Pour revenir au papier de M. Archange Deshommes, il est clair qu'il faut non pas une transition mais une rupture avec un système économique basé sur l'exploitation et des individus femmes et hommes aliénés qui appliquent sur leurs concitoyens la culture sadomasochiste héritée de l'esclavage - et oh, ce ne sont pas seulement les mulâtres, les Syro-Libanais montrés du doigt mais également les "nèg tèt grenn" comme ils aiment à s'appeler pour "bananer " la population qui sont des prédateurs.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents