Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


"Jou nou deside fè peyi" dixit Bilolo qui continue à croire dur comme fer que l'armée aurait pu..

Publié par siel sur 15 Septembre 2022, 18:24pm

Catégories : #AYITI ACTUALITES, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE, #AYITI ECONOMIE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

... empêcher la prolifération des gangs. Sauf qu'il oublie que dans les pays d'AM du sud où il existe  une armée par exemple : Honduras, Mexique, Colombie, Brésil  les gangs prolifèrent. Le budget accordé à l'armée est une porte ouverte à toutes formes de corruption... Bref, une très mauvaise idée à laquelle les Haïtiens s'accrochent comme si le fait d'avoir une armée leur offrirait une compensation à la misère... Toujours le paraître... A l'image de ce que font les dirigeants actuels avec leurs convois de voitures, voyages et frais de per diem..ETC. Et ce que faisaient les DUVALIER, habiles à cacher la faim, les "bouda chire" et l'absence d'éducation de la population.

Haïti n'a besoin ni de plus de pasteurs, ni de plus de politiciens, ni de plus de militaires.  L'alliance du sabre et du goupillon ça 'a jamais rien donné de positif. Je ne vois pas l'intérêt de vouloir répéter un truc qui ne marche pas. Ce n'est pas parce que la plupart des pays à quelques exceptions près ont une armée qu'il faudrait qu'Haïti en ait une

Haïti a besoin tout simplement de mettre de l'ordre dans ses comptes. Comm le souligne BILOLO, l'opacité la plus complète règne dans l'utilisation de l'argent public. Laleau nous avait dit que les milliards de Ptro Caribe avaient été partagés entre les cpains/canailles. Quid du  1.50$ et de a taxe prélevée sur les échanges téléphoniques ?

Il nous faut des comptables qui sachent compter, qui puisent faire de la reddition des comptes de manière à ce que ceux qui dirigent l'État puissent planifier des investissements à court moyen et  long terme  dans le absolument nécessaire : agriculture, énergies renouvelables, éducation, santé, tourisme intelligent...

Haïti a besoin de dirigeants qui ne soient ni des psychopathes, ni des déviants sexuels, ni des criminels patentés fils de criminels, ni de "frekan" croyant détenir la science infuse, ni des complexés persuadés que le port d' un costume cravate les transforme magiquement en personnes qualifiées, que l'obtention du moindre diplôme, monnaie courante en Occident, juriste par exemple, fait d''eux un super expert en tout.

Haïti a besoin de respirer, d'avoir une conversation calme avec elle-même , sans "bon dye bon" et sans son corollaire  le " kaka" et le "bounda" à toutes les sauces. Les agressions verbales mènent aux agressions physiques, je l dis depuis l'ouverture de ce blog et à l'époque j'ignorais que la création d'une fédération de gangs serait applaudie par l'ONU. Laquelle fédération s'acoquinerait avec les pouvoirs -"Manyen youn, manyen tout" pour rançonner, torturer, tuer.

Haïti a besoin de sortir de cette culture sadomasochiste héritée de l'esclavage et considérée depuis comme la "vraie" culture haïtienne avec ses coups, ses punitions/tortures, ses humiliations, ses restavèk, son mépris des sciences et techniques et son "colorisme" pour ne pas dire son racisme.

Haïti a besoin non pas de retrouver, - comme tous les réactionnaires le disent- mais de fonder son âme. Non pas à travers les sempiternelles rodomontades à la Claude JOSEPH ou à la Jovenel MOÏSE, ou à la Jean-Charles MOÏSE, une recette à basse  de Dessalines, -alors même que le héros n'arrive pas à ce que la ville qu'il a fondé porte son nom ils l'appellent MARCHAND ( quelle honte)-  mais de se regarder dans le moment présent honnêtement pas à la Emelie PROPHÈTE ( "le monde  entier  a les yeux tournés sur Haïti" lors de l'intronisation de JOVENEL) de faire une rupture avec le bluff, le mensonge, la tartufferie, la cupidité, de faire un constat carte sur table de la situation et, carte sur table,  élaborer un projet pour chacune de ses régions, de ses départements en fonction  à la fois des traditions et des réalités du terrain.

C'est vraiment pas sorcier. Ca demande une coalition de femmes et d'hommes conscients, dépourvus de préjugés, compétents et confiants dans les potentialités des citoyens . Et puis, ça demande de la patience et de l'honnêteté.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents