Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Fréderic Denizé II récemment assassiné, critiquait en 2007, le "revival" orchestré du duvaliérisme en Haïti

Publié par Elsie HAAS sur 28 Octobre 2007, 00:53am

Catégories : #DUVALIER

Extrait d'un article de M. Frederic Denizé II, paru dans Le Nouvelliste, le 15 juin 2007 sous le titre : "Quand le Dr Rony Gilot fait revivre "l'ère des ténèbres "sous François Duvalier."
L'ensemble de l'article peut être lu à l'adresse:
:www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=44605&PubDate=2007-06-1
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=44605&PubDate=2007-06-1

On sait que le révisionisme , le cynisme (ça va ensemble) de l'idéologie néocon font, actuellement, partie du corpus  de pensée occidentale.  Leur leitmotif  officiel: La civilisation doit se défendre des barbares à tout prix.
 
 Et officieux (en cache):  Il nous faut faire main basse sur les richesses de ces barbares ( qui d'ailleurs ne savent même pas ce que veut dire le mot riche)  à tout prix. Certes.  Ils on totalement raison du point de vue de leurs intérêts.

Des zen-tellectuels haïtiens peuvent, pour différentes raisons qui les regardent,  avoir envie d'emboiter le pas aux néoncons français.

 D'accord. Chacun voit le monde à sa porte.

Mais, quand même !
 Il n'y aurait-il pas quelques limites que l'Haïtien ne devrait pas s'autoriser à franchir ?

 Ne serait-ce que par respect pour les victimes des  2 Duvalier ? 

Bon, je les entends qui bientôt diront,  déjà disent, que tout cela était exagéré, que les makouts étaient de gentils gardiens de la paix, que Fort-Dimanche c'était Moulin sur Mer (bord de mer huppé), que Duvalier  le "bon docteur"  n'avait d'autre souci que de soigner son peuple et que même  que, partout dans le monde  on lui enviait  cette manière "modeste", "probe"  "dévouée" de diriger ce peuple.

Donc voici qu'une "figure étincelante de notre intelligentsia" -dixit M. Denizé- ( c'est pas, c'est pas moi, je vous le jure) peut se poser sérieusement ce type de question :


''Quel rapport y a-t-il entre le comportement macoutique, dont les Duvaliéristes n'ont pas le monopole, et les structures oppressives de la société haïtienne?

Le tout petit, léger rapport qu'on peut  y voir,  M. Moïse, c'est que le terme "makout " se rapporte à un style d'oppresseur particulier qui a vu le jour, s'est démultiplié sous les 2 Duvalier.

 Le petit rapport c'est qu'il existait des hommes (et des femmes) , appelés macoutes et fiyet lalo, dont la fonction  première était de réprimer la population.

 C'était pas pour faire l'alphabétisation des masses qu'ils se répandaient partout dans tous les coins du pays  comme des ravets, revolvers à la ceinture. En second, ils étaient  "légalement " autorisés à voler.

 Les duvaliéristes, M. Moïse,  ont le monopole d'avoir fondé et institutionalisé le macoutisme.
 Les duvaliéristes, M. Moïse, ont instrumentalisé, ont utilisé, se sont servis, on développé, ont magnifié  ces "structures oppressives"  comme vous les appelez joliment, jusqu'à les faire passer pour  la norme.  Une sorte de loi de la nature. Au lieu de les combattre.

Imagine-t-on un intellectuel  chilien, (hondurien, colombien, bolivien, brésilien, enfin, des ex-colonisés) se demander quel rapport, entre les pinochetistes et les structures oppressives de la société chilienne ? Si un néocon.

A quel niveau de débilité est-on arrivé  pour qu'un membre de l'intelligentsia se pose une question de cette sorte? 
C'est franchement  plus que grave.

Bon, me direz-vous, tout le monde peut dire des bêtises. Il s'est laissé emporter par sa plume. Il faut l'excuser.
Comme nous sommes un peuple tolérant, bon enfant, qui pardonne tout,  faut lui pardonner.

Mais non. C'est précisément impardonnable de la part d'une personne connue, chef de commissions gouvernementales diverses et variées;
et  qui occupe un poste important dans un journal et dont par conséquent le rôle n'est pas de laisser sa plume, sa verve  sa sympathie l'emporter au dépens de l'analyse.

Si M. Moïse pense ce qu'il dit, nous sommes vraiment mal partis; parce qu'à l'aune de cette question, on voit  poindre non seulement l'excuse pour les crimes du passé mais la légitimation de ceux à venir. La faute aux "structures oppressives" dira-t-on.

Voici donc qu'une personnalité "étincelante"  ne se mouche pas du pied  et,  sans complexe aucun,  titre son article  : L'année Duvalier
. L'année 2007, ne serait  pas l'année  Jacques Roumain (c'est qui celui-là ?), pour le journal  de Boulos, Le Matin, dont le papa, faut-il le rappeler, a été ministre de la Santé de François Duvalier. Tout se tient. Rien ne se perd.

 Voici l'extrait de l'article:

"Claude MOISE (sauvé des eaux duvaliériennes et lavalassiennes), figure étincelante de notre intelligentsia, victime éponyme du duvaliérisme, comme pour donner raison au Dr Gilot, en dépit de son propre calvaire, de près de 40 années d'exil, reconnaît en Duvalier le despote d'immenses et insignes qualités.

Ne confie-t-il pas dans Le Matin du vendredi 13 au dimanche 15 avril 2007 sous le titre ''l'Année Duvalier''.

...''hantant notre mémoire vive, éveillant les drames de notre société, Duvalier ne veut ni ne peut mourir''...
''Comme beaucoup de jeunes de ma génération, je connaissais du bon docteur ses qualités de modestie, de probité, de générosité et de dévouement'' ....
''Il n'est donc pas surprenant qu'il émergeât comme le seul digne héritier d'Estimé, le seul habilité à reprendre le flambeau... pour ranimer l'esprit de lutte et l'idéologie des classes moyennes noires...''

''Nous ne savons pas tout''

''Et nous avons beaucoup enduré sans être certains d'avoir bien compris et surtout d'avoir bien appris''.

''Quel rapport y a-t-il entre le comportement macoutique, dont les Duvaliéristes n'ont pas le monopole, et les structures oppressives de la société haïtienne? Et puis, à voir ce que l'on est devenu, peut-on dire que l'on a fait quelque chose de bon et de prometteur de la victoire politique sur Duvalier, que l'on est sorti du Duvaliérisme?''

(L'article s'intitule : ''L'Année Duvalier'', alors que 2007, selon le Ministère de la Culture, est consacré à Jacques ROUMAIN).

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents