Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


EN MÉMOIRE DES ARRAWAKS ET TAÏNOS D’HAÏTI

Publié par Elsie HAAS sur 8 Novembre 2007, 14:06pm

Catégories : #PEUPLE sans mémoire...

 

http://www.margueritelaurent.com/pressclips/defamed3.html#arawaks
À la radio et à la télévision canadienne, depuis quelque temps, on ne parle que de l’île Hispaniola ( alors que le nom de l’île est Haïti) partagée entre la République d’Haïti et la République Dominicaine. Aujourd’hui encore 1er
novembre 2007, l’annonce entendue sur les ondes d’une station de radio a attiré mon attention. L’insistance, la fréquence de ces annonces me portent à croire qu’il ne s’agit pas d’une banale méprise, vu que cela coïncide avec la reprise de la propagande «Haïti : le chaînon manquant dans la transmission du Sida aux U.S.A et à travers le monde».

Ce qui me surprend surtout, c’est l’indifférence et le silence absolu entourant ces faits.

S’agit-il de la relance d’une nouvelle campagne de dénigrement d’Haïti et de ses ressortissants et d’une tentative de rayer Haïti de la carte du monde?
Je veux croire que non! Toutefois, la vigilance s’impose. Cette autre forme de colonialisme qui voudrait dépouiller l’île de son nom amérindien Haïti pour le remplacer par Hispaniola doit être dénoncée.

Haïti ou Ayiti, dans la langue des Arrawaks et des Taïnos (totalement décimés par les Espagnols*) signifie Terre de hautes montagnes.

Le Fondateur de la Patrie haïtienne, Jean-Jacques Dessalines, ancien esclave lui-même, analphabète pourtant, mais doté d’un fort sens de la Justice, estimait que l’Île méritait de conserver son nom originel, façon de perpétuer le souvenir de ces Amérindiens victimes de génocide. Ainsi, lors de la proclamation de l’Indépendance le 1er janvier 1804, le nom Saint-Domingue que lui avaient attribué, à leur tour, les pirates français fut immédiatement remplacé par celui d’Haïti.

Ce nom amérindien de l’île «Haïti» constitue un Legs (Haïti, premier pays colonisé du Nouveau Monde, premier pays du Nouveau Monde à connaître le génocide, premier pays du Nouveau Monde à briser les chaînes de
l’esclavage).

Cette tentative par les néo-colons et autres acculturés du même acabit de revenir à un nom imposé par les génocidaires constitue une insulte à la souffrance et au calvaire des Amérindiens.

L’Amérique entière a un devoir de mémoire!


* En 1492, à l’arrivée de Cristobal Colon (père du colonialisme), l’île d’Haïti comptait plus d’un million d’indigènes. En 1503, il ne restait plus que quelques centaines. La main d’œuvre gratuite vint à manquer;
alors, sur l’insistance d’un moine dominicain, Bartolomeo de Las Casas, on fit venir d’Afrique les premiers Noirs et ce fut le début de la traite négrière et son cortège de malheurs avec Nicolas Ovando, gouverneur de l’île.

Jean H. Philippe
Email : jhphilippe@yahoo.fr
Nov. 7, 2007
*

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents