Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


L'arme du pauvre

Publié par Elsie HAAS sur 28 Novembre 2007, 16:31pm

Catégories : #Archives 2

Mike Davis, historien et homme de gauche, dont il a été souvent question dans  ce blog, entre autres, pour son livre"Planet of Slums" (Une Planète de Bidonvilles) et ses analyses sur la stigmatisation et la démonisation des pauvres,  est décidément très prolifique. Il vient de publier "Petite histoire de la voiture piégée"  http://www.yodawork.com/webcc/sog_dec/notice_reference.html?F_ean13=9782355220043
qui, comme son nom l'indique, est un historique de l'attentat à la voiture piégée . Guy Taillefer du journal belge Le Devoir, en a parlé avec lui.

 

Guy Taillefer
Édition du samedi 24 et du dimanche 25 novembre 2007

L'histoire de la voiture piégée, de 1920 à nos jours, racontée par l'historien Mike Davis

 

Photo: Agence France-Presse

Quel rapport entre les feux qui ont dévasté le sud de la Californie le mois dernier et les voitures piégées qui éclaboussent l'Irak? Aucun, sinon un journaliste et activiste de San Diego, Mike Davis, qui a couvert les incendies qui sévissaient dans sa cour pour des journaux comme The Guardian de Londres et The Nation de New York. En historien doué, il vient aussi de publier une fascinante histoire de la voiture piégée, Buda's Wagon - A Brief History of the Car Bomb. Ou de ce qu'il appelle «l'armée de l'air des pauvres».
 

Buda's wagon? Par une journée de septembre 1920, un anarchiste italien du nom de Mario Buda fait exploser près de Wall Street, à New York, un chariot tiré par des chevaux, rempli d'explosifs et de ferraille, pour protester contre l'arrestation de Sacco et Vanzetti, qui seront exécutés sept ans plus tard au terme d'un des procès politiques les plus célèbres de l'histoire. L'attentat fait 40 morts.

Naît ainsi l'aïeul de la voiture piégée, une arme générique de destruction massive qui a creusé des cratères par milliers au cours des 50 dernières années, tuant aveuglément depuis Haïfa, en Palestine, jusqu'à Bagdad, en passant par Belfast, Beyrouth, New York, Londres, Oklahoma City, Bali, Bombay... Non sans un fieffé coup de main de la CIA, accuse Davis.

«Les armes nucléaires et biologiques, le gaz sarin et l'anthrax causent peut-être des cauchemars, mais la voiture-bombe est aujourd'hui devenue le cheval de trait du terrorisme urbain», affirme, non sans suite dans les idées, le professeur de l'Université de la Californie à Irvine, joint chez lui à San Diego pendant que ses enfants lui grimpaient sur la tête. Une arme facile et peu coûteuse à concevoir, d'une puissance inouïe et d'une efficacité terroriste foudroyante. Une arme, enfin, devant laquelle les technologies militaires sont désarmées.

Haïfa, Belfast, Beyrouth

L'histoire que retrace Davis, prolifique essayiste de la gauche américaine, est celle d'une implacable prolifération mondiale «aux proportions du iPod et du sida».

La voiture piégée fait son apparition, en bonne et due forme, presque 30 ans après la trouvaille de Mario Buda, à la faveur de la lutte juive pour la création d'Israël. En janvier 1947, le groupe Stern, formé de dissidents radicaux des paramilitaires sionistes de l'Irgun, lance un camion bourré d'explosifs sur la station de police britannique de Haïfa, tuant quatre personnes. Des nationalistes palestiniens, soutenus par des déserteurs britanniques, ne tarderont pas à utiliser cette nouvelle technique.

Suite article à :http://www.ledevoir.com/2007/11/24/165855.html

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents