Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Les hommes que la France envoie en Haïti

Publié par Elsie HAAS sur 5 Janvier 2008, 14:56pm

Catégories : #Archives 2

La classe moyenne-moyenne du pays s’ébaudit comme d'habitude dès qu'il y a de la France dans l'air. Vous vous rendez compte ! Pour la première fois depuis l’Indépendance (1804) d’Haïti, des membres importants du gouvernement français viennent  rendre visite à leur ancienne colonie de Saint Domingue. Ah la la ! La belle affaire ! Et hop ! C’est reparti pour un tour pour faire mousser les complexes des ex-fils d’esclaves et des descendants des fils illégitimes de colons.
Mais qui sont ces envoyés de M. Sarkozy ?

 

 Bockel20070926.WWW000000973-1293-1.jpg

                                                    Jean Marie Bockel, ex-PS, secrétaire d'Etat chargé de la Coopération
                                                        PhotoMaïté Sélignan (lefigaro.fr)

 


Marsin689199-842306.jpgDaniel Marsin, maire des Abymes, commune de Guadeloupe et Sénateur de la république française

Deux ex-élus de la gauche passés à Sarkozy en visite en Haïti : Le secrétaire d’Etat chargé de la Coopération et de la Francophonie, Jean-Marie Bockel et Daniel Marsin, Sénateur et Maire des Abymes en Guadeloupe.  Vous vous rappelez que Daniel Marsin, le Sénateur/ Maire gudeloupéen avait fait parlé de lui à propos d'une refus de visa à une Haïtienne, Mme Lafleur, résidente aux USA qui lui avait envoyé un courrier en réponse à ce refus. Lettre qui a étée publiée sà l'époque sur ce blog et que je republie pour mémoire.

M. Bockel, de son côté qui est maire de Mulhouse a fait parlé de lui à propos d'une photo où il aurait été demandé des enfants "blancs". L'article "Jean-Marie Bockel a-t-il honte de sa ville ?" se trouve sur ce blog:
http://canard68.blog.20minutes.fr
Pour en savoir plus sur ces deux hauts fonctionnaires de l’Etat français  vous pouvez aller sur google.

Mais voici ma sélection personnelle pour  M.Bockel
http://monmulhouse.canalblog.com/

Et celles pour  M. Marsin

http://fr.blog.360.yahoo.com/blog-uBklCPc2dqKE4ye7KQ--?cq=1&p=227

Sur cette page de 99.8FM, Marsin est décrit ainsi : je cite:

« Son éternel adversaire, le sénateur-maire des Abymes, Daniel Marsin, ex-socialiste, sarkoziste de la seconde heure, UMP sans papiers, a soutenu Josette Jerpan (UMP). Battu aux Abymes, donc dans sa propre ville, Marsin aura du mal en 2008 à préserver son mandat municipal. »

Le bilan de Marsin vu par des bloggeurs de volcréole :

http://www.volcreole.com/forumsujet-25642.html

 


Inauguré en Juin 2003, le centre culturel Sonis, n'est toujours pas opérationnel. Pourtant, Daniel Marsin, le maire des Abymes inaugurait "ce fleuron" de la culture des Abymes, avec pleins de promesses et de beaux discours sur "la nécessité de doter la commune d'outils culturels performants.
Après trois ans d'attente, les jeunes, de Sonis-Boissard-Lacroix en priorité, et ceux de toute la Guadeloupe qui s'intéressent aux arts vivants, n'ont que leurs yeux pour regarder ce bâtiment mort-né, aux portes de la commune des Abymes, à 300 mètres du Centre des Arts de Pointe à Pitre. Un problème de gestion(politique?) de l'établissement serait à l'origine de la situation.
Les salles de cours, les studios de répétition et d'enregistrment, le café-musique d'une capacité de 300 places assises sont bien ternes. Près de 4 millions d'euros ont été déboursés pour monter cet "éléphant blanc".
 
 Il y a trois ans, la commune des Abymes avec Daniel Marsin en tête, inaugurait la maison de la mangrove qui porte le nom de "savann'"imprononçable. Cette structure placée au fin fond des terres abymiennes, à Belle Plaine, n'a depuis, jamais fonctionné. Pourtant, la ville des Abymes, maître d'ouvrage, l'Etat, l'Adi, l'Europe par le biais du FSE et du Feder ont injecté 1,6 million d'euros dans l'affaire.
La mairie des Abymes a probablement mis la charrue avant les boeufs. Car, en projetant une telle infrastructure au milieu des cannes, elle n'a pas pensé à une voie de pénétration digne de ce nom. Ce n'est qu'après avoir parcouru quelques kilomètres entre la poussière de tuf et les crevasses d'un chemin blanc, que l'ont peut enfin découvrir cette structure en bois. Le grand parking goudronné est envahi par les hautes herbes, les lampadaires sont à moitié recouverts de plastique, les quelques centaines de mètres carrés de deck sont noircis par les champigons. Un pont conduit à rien. L'imposant bâtiment en bois fermé par un épais rideau métallique tient(...)
 



Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents