Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Les hommes que la France envoie en Haïti (suite)

Publié par Elsie HAAS sur 9 Janvier 2008, 15:30pm

Catégories : #Archives 2

 Parlons de Bolloré. Oui, le milliardaire qui a gracieusement pourvu le président de la République française de ses yachts et ses avions.

Mais quel rapport entre Bolloré et Haïti ? Que venez-vous nous chanter là ?

Tout doux, tout doux. Une première question :

Qui est M. Bolloré ?

 Il suffit de cliquer sur ces quelques liens pour avoir un profil du milliardaire.

http://survie.69.free.fr/campagnes/Campagne%20Bollore/bollore.htm

http://www.backchich.info/article1847.html

http://www.monde-diplomatique.fr/2006/02/HOH/13167

http://www.bonaberi.com/article.php?aid=2058

Ach so ! Une fortune  faite en partie (grosse partie) dans les ex-colonies françaises de l’Afrique sub-saharienne mais quelques perturbations récentes.

 M. Bolloré s’intéresse aux ports, aux transbordements des marchandises et tout ça.

Or cela fait un moment- depuis sous Préval première version, que les big bosses qui contrôlent la vie économique d’Haïti du « shine » (cireur de chaussures), à l’aciérie en passant par les poulets congelés-décongelés, les médicaments vendus à la « graine », les kennedy- pas- de petits- profits,(vêtements d'occasion) les cochons gonflés aux hormones et toute la sarabande que vous connaissez et qui pollue l’ensemble des villes et des campagnes haïtiennes- que ces incontournables sont à la recherche d'investisseurs.
Il n’y a pas si longtemps de cela, en 2007, ils ont élaboré une carte d’Haïti (en couleur s’il vous plaît et papier cartonné et glacé, du travail  propre quoi) sur laquelle était  consignée un ensemble de ports et d’aéroports, de zones franches, de routes et d’autoroutes  pour offrir à des partenaires français. Ce petit groupe sympathique  de représentants de la Chambre de commerce haïtienne et du secteur privé était accompagné, notamment,  du ministre des Travaux publics haïtien, M. Verella.

Or, il se trouve que M. Bolloré, s’il faut en croire le message d’un internaute (tel quel) :

 « Ce qu'il faut dire, pour faciliter la comprehension des choses, c'est que Bollore, qui pour moi est un homme tres respectable, est en difficulte dans un certains nombres de pays africains notamment. Ses societes, maritimes, essentiellement, sont en delicatesse avec les autorites locales, au plus haut niveau 9Cameroun, Togo, etc...). Les voyages de sarkozy aux frais de Bollore sont incontestablement des messages a l'endroit de ces chefs d'Etats africains qui "nuisent" a Bollore... ».

Il semblerait que l’opération Bockel + Marsin en Haïti ait, entre autres, (on ne tue pas un lapin d’un seul coup de fusil)  quelque chose à voir avec la nécessité  pour  Bolloré de « rentrer dans ses frais ».

 Cette hypothèse d’un plan Bolloré pour Haïti s’appuie sur quelques faits dont:
1- la visite programmée de M. Sarkozy dans l’ex-colonie française de Saint Domingue-eh oui, eh oui, that’s the way it is- c’est ainsi que la chose est formulée par les média  que vous le vouliez ou pas.
2- Sarkozy ne va pas se déplacer pour faire la bise à Préval-oui, oui, je sais Rama Yade avait annonçé la couleur en disant qu’il y avait une certaine ressemblance entre Sarkozy et Préval. (De cette  présumée ressemblance nous en reparlerons plus tard ) Mais quand même,  je ne crois pas qu'ils soient à ce point potes
3-L’ensemble des déplacements du président français jusqu’à présent a été motivé par des raisons économiques, c'est-à-dire trouver des marchés pour les entreprises françaises. Pour preuve :
"Paris a surtout fait savoir New Delhi que le Président souhaitait signer quelques contrats juteux, ce que les Indiens ont très mal pris sur le thème de "quand vous allez à Washington, Berlin ou Londres, vous n'exigez pas la signature de contrats car vous parlez de grande puissance à grande puissance - et l'Inde est une grande puissance aussi". 

Or, Haïti c’est pas du tout,  mais pasdu tout, du tout  une grande puissance. C'est l'ex-colonie de Saint- Domingue,dont on a viré le Président pour le remplacer par des troupes de l'ONU. C'est donc  totalement vierge, c’est comme l’Afrique après la décolonisation. On peut y faire tout et n'importe quoi.
4-Il suffit que l’Etat haïtien s’endette auprès d'un des  trois "gloutons" FMI/ BM/ Club de Paris, pour financer ports,aéroports, marinas et autres accessoires prévus dans le plan des USA/ Canada/ France/G184.
5- Précisément c'est bien un Français qui se trouve à la tête du FMI en ce moment.. Il serait  bien placé M. Strauss Kahn pour une petite incitation courtoise  à l'Etat  haïtien à une privatisation ou un partenariat Public/ Privé . Ce qui, en fait est kif, kif bourricot puisqu'à long terme l'entreprise termine dans les mains du privé.Sinon gare à  une situation qui de volatile tomberait dans un trou d'air.l
6- Comme on l'a vu dans la presse et c'est devenu un lieu commun, pour le président français, le soutien aux grandes entreprises de ses amis est un point d'honneur.
7- Courtcircuiter les pays progressistes de la région, particulièrement le Venezuela (qui a de l'argent 100 dolars le barril de pétrole à l'heure qu'il est), Cuba, le Brésil, l'Argentine, etc., qui pourraient être intéressés à investir en Haïti, notamment à travers la nouvelle Banque du Sud.
8- Relayer le gouvernement étatsunien en cas de victoire des démocrates aux élections présidentielles. Pas que le programme des démocrates soient radicalement différent de celui des républicains par rapport à Haïti. Mais eux, à l'inverse des Français,  ne privilégient pas le retour des duvaliéristes et de l'Etat macoute.
9- Créer une tête de pont  susceptible de défendre les intérêts économiques français dans la région Caraïbes, en utilisant les DOM (départements d'outre-mer) comme doublures.

 

 Bref, 2004, l’éviction d’Aristide c’était ça aussi pour la France : la reconquête  de son ancienne colonie de Saint-Domingue, dénommée "La Perle des Antilles" quand elle sentait bon l'esclavage. Magnifique programme  élaboré dès le rapport Debray avec l’assentiment de l’ensemble de la classe politique française, de gauche comme de droite, et de celle des" zen-tellectuels -Rochambeau nous voilà !" -bateleurs de  la chaîne de radio RFI, «  Radio Elysée » ainsi et si bien nommée par les Africains d’Afrique dite francophone.

 

Bon j’arrête là. Bien qu’il y aurait encore beaucoup de questions à se poser sur cette nouvelle passion de la France pour Haïti depuis le retour visible des duvaliéristes aux affaires  et la politique de "civilisation " (prière de ne pas rire) initiée par le nouveau président français dès son discours de Dakar.

 

Il se pourrait que poussées par les tenants d’une nouvelle idéologie « civilisationniste » française, ennivrées par le parfum de la "colonisation posiitive",  les autorités haïtiennes se laissent aller à abandonner, une fois de plus, la population au régime des fatras, et fassent un « come back » accéléré et vertigineux  au XVIIIéme siècle. Cette fois-çi ce ne serait pas "Opération Bagdad" mais "Opération retour vers l'enfer paradisiaque".  Tout ça alors même que l’Afrique s’organise pour trouver les moyens de son indépendance.

En guise de conclusion cette parole de Modibo Keita  (vous vous rappelez le président du Mali à l'époque des grandes espérances) que j’ai piquée sur un site, oui, oui je l’avoue sans honte, les idées n’ont ni frontières ni murs.

"Ne nous faisons pas d'illusion ! Nous serons aidés certes, mais disons-nous qu'un pays ne se construit jamais, rien qu'avec l'aide extérieure, et soyons convaincus qu'un tel pays n'est jamais indépendant !"

http://mboangila.afrikblog.com/archives/2008/01/02/7417712.html

Un très bon site d’ailleurs. Ouais, ouais, je sais z-avez pas que ça à faire ! Mais c’est gratis et sans mode d’emploi.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents