Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


La dernière parution du journal haïtien Le Nouvelliste nous offre deux contributions intéressantes

Publié par Elsie HAAS sur 14 Mars 2008, 10:50am

Catégories : #Archives 2

Depuis peu, le journal "Le Nouvelliste" semble vouloir partager avec ses lecteurs des réflexions qui s'éloignent du carnet mondain.

Dans "Grand-Boulage vit de la paille", j'ai retenu que l'élimination de la race des  cochons locaux avait mis cette localité sur la paille et accéléré le déboisement il y a plus de vingt ans sous Duvalier fils.

Dans "Vie chère: miracles  ?" , je note  que l'abattage des manguiers après celui des cochons marque une nouvelle escalade dans la paupérisation et aussi -ce qui a son importance- dans la disparition forcée de certaines valeurs culturelles. A savoir  que  le cochon comme banque du paysan, les mangues comme aliment de soudure et le respect accordé à cet arbre  sont  en voie accélérée de disparition.

Malheureusement, comme il se doit, depuis 2004 et le retour  officiel du duvaliérisme sur la scène haïtienne et par conséquent de la peur,  si les auteurs  dénoncent les défaillances de l'Etat , ils ne se posent pas la question essentielle : à qui profite le crime ? Dommage. Le Nouvelliste aurait encore quelques  petits efforts à faire pour se hisser au niveau d'une presse véritablement indépendante. Cependant ces articles sont tout à leur mérite.

Grand-Boulage vit de la paille

Grand-Boulage, considérée dans le temps comme le bastion de l'élevage du cabri bombardopolitain, respire au rythme de la décadence. Son petit-mil, "son pois congo", sa patate, son orange amère, son manioc et son arachide disparaissent sous le poids du déboisement entamé quelque temps après l'abattage des cochons créoles, selon Fanel Dupré, ancien maire de Bombardopolis

http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=55090&PubDate=2008-03-07

Vie chère : miracles ? Entre arbres miracles et Cour des miracles

Gouverner, c'est prévoir. C'est donc d'une longue suite de PRÉVENTIONS que s'alimente la gouvernance. Et si nous sommes là où nous sommes, c'est que le choix a été fait, à un moment précis, de ne point faire asseoir cette couleuvre-là quand il le fallait et qu'il en était encore temps, surtout quand le signe de cette catastrophe annoncée était depuis le départ évident.
 Il est, dans l'espace haïtien, un signe parmi les signes dont la manifestation dit que l'on a touché le fond. Et malgré toutes nos turpitudes de deux siècles, ce signe ne s'est jamais manifesté sur une vaste échelle pendant deux cents ans. Or, il est là parmi nous maintenant, à crever le décor, dans les planches rouges des manguiers offertes à la construction au bord des routes; dans le cordage des mètres cubes de bois de manguier destinés à la chauffe des guildives et des fours à bois des nettoyages à sec; dans l'empilement des sacs de charbon de bois de manguier aux points de ramassage des camions vers Port-au-Prince.

http://www.lenouvelliste.com/blogs/blog.php?r=1

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents