Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Ceci n'est pas un poisson d'avril : retour de la propagande produvaliériste dans le New York Times

Publié par Elsie HAAS sur 1 Avril 2008, 09:42am

Catégories : #DUVALIER


 
2 ou 3  choses concernant cette propagande déguisée en une soit-disant vague de sympathie pour le leader charismatique des duvaliéristes, le bébé du papa, en vacances à vie  en France.

1- Dans les milieux populaires ce type de nostalgie n’existe pas. Les gens ont autre chose à faire.

Cette "nostalgie" est entretenue par des vieux (et jeunes fils de)  duvaliéristes, anciens chefs de section, anciens makouts, parrenn/ parrains, pasteurs, curés, politiciens, commerçants ; je veux dire  par des personnes qui ont une certaine autorité morale et un pouvoir économique.

 Et qui sont près à tout pour les garder.

Je rassure les étrangers la  majorité des Haïtiens n'est pas imbécile comme on le laisse souvent accroire.

Bien au contraire. Et cette majorité chérit la liberté avant tout et n’a nullement envie du retour des tortionnaires, fut-il enveloppé dans un superbe papier cadeau.

2- De mon expérience personnelle, un bourgeois (petit, moyen, grand), un étranger attirent immédiatement la méfiance des  gens du peuple , comme on les nomme en Haïti, ou de l’Haïti d’en bas comme on dirait en France.

Ce qui signifie qu’immédiatement se déclenche un signal de danger, un réflexe de marronnage (attention à ne pas confondre avec le bricolage, moyen de survie des créoles et affranchis), dès la rencontre.

Haïti d’en bas va dire à Haïti d’en haut ce qu’il croit qu’Haïti d’en haut attend comme réponses. Haïti d’en bas tient avant tout à se protéger et à protéger les siens  de l’injustice, de la prison et des tortures qui risquent de survenir en cas de mauvaise réponse.

Ce qui fait que vous aurez presque toujours, dans un premier temps, la réponse que vous souhaitez. Pas par goût du mensonge mais par réflexe de survie.

Il faut du temps avant que la confiance ne s’installe et elle n’est jamais vraiment donnée. Tout peut être remis en question à n’importe quel moment.

Bref, j’ai eu droit, moi aussi  au refrain  « du temps de Duvalier » par des personnes qui n’avaient même pas vingt ans.

Quand elles se sont aperçues de mon désintérêt total pour ce genre de considérations, elles ont laissé tombé ; et nous sommes passé à autre chose de bien plus intéressant comme comment combattre la misère et l’injustice.

3- Est-ce que les zen-tellectuels de droite haïtiens (pléonasme) croient vraiment que les paysans ont oublié, les chefs de section, les makouts de Duvalier père ?

Croient-ils vraiment qu’ils ont oublié que leurs cochons noirs abattus, leur banque, c’était Duvalier fils ?

C’est inimaginable mais du domaine du possible.

Puisque l’un d’entre eux (des zen-tellectuels) m’avait, benoîtement
, déclaré que la symbolique d’une occupation du pays  l’année de la célébration du Bicentenaire de  son indépendance ne pouvait pas être comprise par ces « gens-là ».

4- Un des meilleurs textes que j’ai lu contre cette propagande produvaliériste c’est "Merdocratie" que j’ai publié sur ce blog à la rubrique Duvalier.  L’auteur qui dit avoir été journaliste pendant la période des Duvalier, sait à priori de quoi il parle et s’indigne en connaissance de cause de ce révisionisme.

ARTICLE :

Poverty stirs nostalgia for dictators
By MARC LACEY |  The New York Times



http://www.nytimes.com/2008/03/23/world/americas/23haiti.html?pagewanted=1&ei=5070&en=b91d1492e7de0a64&ex=1207281600&emc=eta1Ca

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents