Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Les Haitiens de France attendent du concret de la part du nouveau gouvernement haitien

Publié par Elsie HAAS sur 15 Avril 2008, 09:12am

Catégories : #2008 peuple sans mémoire


www.alterpresse.org

22 mars 2004

 Par Weibert Arthus

Paris, 22 mars. 04 [AlterPresse] --- Les Haïtiens résidant en France expriment leur optimisme à propos de la nouvelle conjoncture que vit Haïti depuis la chute du régime de Jean Bertrand Aristide le 29 février dernier.

Journalistes, étudiants, militants, ils ont pour la plupart été victimes des méthodes dictatoriales de Jean-Bertrand Aristide. En Haïti, ils avaient affronté le "monstre". C’est d’ailleurs ce qui les avait obligés à partir en exil il y a deux ans, un an ou juste quelques mois.

En France, ils l’ont sévèrement contesté. Le 7 décembre 2003, rejoints par d’autres citoyens qui ne sont pas dans l’hexagone pour les même raisons [persécutions politiques], ils ont lancé la mobilisation permanente au sein du regroupement baptisé Initiative Franco-Haïtienne contre la dictature en Haïti. Et, au lendemain de leur manifestation du 28 février dans les rues de Paris, le dictateur a fui Haïti.

Maintenant que les choses commencent à se remettre en place dans le pays, les contestataires de France ne veulent être qu’optimistes. Du nouveau gouvernement, ils attendent du concret.

Etre à la hauteur de sa mission

Pour Philomé Robert, président de la Ligue des Exilés Haïtiens, « le gouvernement doit prendre la mesure de la responsabilité qui lui incombe. Les premières mesures doivent être l’assainissement de l’administration publique après quatorze années de bêtises lavalassiennes, prévaliennes et aristidiennes. L’actuel gouvernement doit pointer du droit un ensemble de pratiques dont le clientélisme, le népotisme, les gapgies administratives qui ont fait du gouvernement de lavalas un gouvernement pourri. On attend aussi de ce gouvernement qu’il ait un discours responsable par rapport aux besoins véritables de la population afin que les gens sentent, même dans ce moment de transition, qu’il y a des dirigeants qui pensent à eux, réfléchissent pour eux et se tiennent prêts à les aider. »

Entamer le long virage

Pour Fritz Calixte, doctorant en philosophie à l’Université de Paris I, « les éléments sont réunis pour qu’on puisse souhaiter la fin de la transition démocratique et l’implantation des mécanismes nécessaires à la vie démocratique. Dans l’immédiat le nouveau gouvernement doit faire face à des tâches titanesques : freiner l’insécurité et l’impunité du quotidien haïtien, modérer le chômage et la misère, travailler avec la communauté internationale pour favoriser l’accès à la santé, à l’électricité, aux routes, redémarrer le commerce intérieur et organiser de réelles élections. Concrètement, on attend du premier ministre et de son équipe qu’ils entament ce long virage. »

Prioriser la justice

Yvrose Pierre-Louis, de la Maison des Petites Amies de Jésus d’Haïti, attend que le gouvernement fasse de la justice sa priorité d’action. « Il faut que ceux qui ont commis des injustices contre la population, ceux qui sont à l’origine du climat de violences et de vandalismes qui a régné dans le pays soient jugés. Il faut tout aussi rapidement que ce gouvernement crée des infrastructures, des hôpitaux, des dispensaires dans toutes les régions du pays pour pouvoir apporter les premiers soins à toutes les couches de la population. On attend également une relance de la production nationale parce que le pays est trop dépendant de l’extérieur. »

Stabiliser l’Etat

Pierre Etienne, de la Confédération Unité Démocratique (KID), s’adresse directement au premier ministre Latortue lui demandant de prendre en compte les revendications de la population. « Il faut remplacer les serviteurs d’Aristide par des hommes compétents qui seront serviteurs de la nation. A l’étranger, notamment en France et en Europe, le gouvernement doit porter les diplomates haïtiens qui y sont en poste à tirer les conséquences de leur indélébile soutien à Jean-Bertrand Aristide, ce qui fait d’eux des complices de crimes. En Haïti, il faut mettre la machine de la justice en branle contre des assassins connus de toute la population dont René Civil, Paul Raymond, Yvon Neptune et Sò Anne pour ne citer que les plus illustres. A très court terme, le gouvernement doit poursuivre la politique entamée contre la Jamaïque qui accueille, à proximité de notre territoire, le dernier dictateur haïtien, Jean-Bertrand Aristide. »

Assurer la sécurité

Jean-Audan Catel, de l’Union des Haïtiens pour le Développement National (UHDN), attend du gouvernement « des mesures drastiques pour assurer un minimum de sécurité dans le pays. Il faut que l’actuelle équipe au pouvoir provoque un dialogue national en vue d’élaborer un véritable plan de développement national et redéfinir le vivre ensemble dans le pays. Le gouvernement doit prendre en compte l’avis des politiques et non confier la gestion du pays aux seuls technocrates, qui pour la plupart font partie du copinage de l’actuel premier ministre. »

Assainir l’administration publique

Wadner Arthus et Jessé Jean, du Congrès National des Mouvements Démocratiques (KONAKOM), attendent « que le gouvernement agisse contre l’impunité afin de couper court à la vengeance et à la justice expéditive. Il faut également nettoyer l’administration publique et l’appareil étatique des incompétents et des corrompus qui étaient des employés de l’Etat au service d’Aristide. Cet assainissement de l’Etat doit se poursuivre jusque dans nos Ambassades et Consulats sachant que tous les diplomates et employés de nos services diplomatiques et consulaires nommés par Aristide n’étaient que ses lobbiyistes et non des représentants d’Haïti. En France, nous en avons des exemples vivants. Ce gouvernement doit enfin entamer le processus visant à stabiliser le pays politiquement à travers des élections sérieuses et économiquement en réduisant le chômage. » [wa 22/03/2004 11:30]

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents