Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Le Coup de 2004 en Haïti suit le modèle de celui raté contre Chavez

Publié par Elsie HAAS sur 18 Mai 2008, 09:07am

Catégories : #NUESTRA AMERICA 2008

Jean Guy Allard  s'entretient avec Eva Gollinger, jeune avocate,  qui  a longuement enquêté sur les origines et les acteurs du coup d'Etat contre Chavez.

Dans les extraits publiés ici on pourra noter des similtudes  frappantes avec le scénario  mis en place en Haïti.

Comme par exemple :

-  l'organisation de manifs avec  moult provocations allant jusqu'à la  mort de manifestants ( dont l'affaire du du journaliste espagnol Ricardo, dont on sait maintenant d'où venaient les projectiles qui l'ont tué).

- le  gouvernement de transition pour succéder à Chavez

Et bien d'autres points communs qui montrent qu'il s'agit dans le cas d'Haïti d'une décalcomanie des  recettes appliquées  au Venezuela pour monter le  Coup contre Chavez.

A ce propos , il faut  lire, pour ceux qui ne l'ont pas encore fait, le brillant essai de l'économiste canadien, Michel Chossudovsky : " La déstabilisation d' Haïti un coup d' Etat  orchestré et financé  par les Etats-Unis"  dont l'analyse à l'époque allait jusqu'à prévoir les événements qui se sont déroulés récemment, à savoir  les émeutes de la faim.

http://globalresearch.ca/articles/CHO402D.html


et  la version résumée :

http://www.evolutionquebec.com/site/nom/haiti.html


La seule chose qui reste une énigme ce sont les raisons qui ont poussé des intellectuels (même de droite)  à faire alliance avec des paramilitaires dont on pouvait se douter que le retour sur la scène ne pouvait qu'engendrer le retour des méthodes de terreur.

 L'article sur le Venezuela :

Eva Golinger : la révolution bolivarienne, pour moi, est une révolution mondiale
 Par Jean Guy Allard


Extrait

On affirme que le coup d’État contre Chavez porte la signature de la CIA. Tu as largement étudié la question : comment, pour toi, ce fait apparait-il dans toute son évidence ?

Il y a différents facteurs que j’ai pu détecter et dénoncer tout au long d’une recherche que j’ai commencée il y a plus de cinq ans en utilisant la Loi d’accès à l’information (FOIA) pour démontrer comment la CIA et les autres agences du gouvernement étasunien ont été impliquées dans le putsch contre Chavez. Les faits et les preuves les plus évidents ont été classés top secret par la CIA et portent les dates du 5 mars 2002 au 17 avril 2002, là où il est clairement question des plans de coup d’État contre Chavez : le qui, le comment, le où et le quand, en clair. Un en particulier, du 6 avril 2002, c’est-à-dire cinq jours avant le coup, signale comment les secteurs de l’opposition, la CTV, Fedecámaras, les militaires dissidents, les médias privés et même l’église catholique, allaient descendre dans la rue durant ces premières semaines d’avril et comment les conspirateurs putschistes provoqueraient de la violence avec des francs tireurs, en faisant des morts avec l’intention ensuite d’arrêter le président Chavez et des membres importants de son cabinet. Ils mettraient alors en place un gouvernement de transition civico-militaire. Quiconque sait ce qui s’est passé les 11 et 12 avril, sait que ce fut ainsi, et après qu’on ait fait Chavez prisonnier, ce ne sont que les porte-paroles du gouvernement étasunien qui ont reconnu le gouvernement putschiste de Pedro Carmona et qui ont de plus tenté de faire pression sur d’autres pays pour qu’ils fassent de même.


(précision du Grand Soir : Reporters Sans Frontières aussi s’est félicité du coup d’état)

Alors, ces documents qui montrent clairement la connaissance et les plans détaillés du coup contre Chavez, écrits par la CIA, demeurent la preuve la plus catégorique qui démontre le rôle de la CIA dans le coup. Le fait que des entités financières et conseillères comme la National Endowment for Democracy (NED), l’Institut républicain international (IRI), l’Institut démocrate national (NDI) et le Centre pour l’entreprise privée internationale (CIPE) ont financé touts les groupes, ONG, syndicats, entrepreneurs, partis politiques et médias impliqués dans le coup, fournit aussi une preuve catégorique sur le rôle de la CIA et des autres agences étasuniennes dans le coup contre Chavez. Après le coup, ces entités ont même augmenté leur financement à ces mêmes putschistes, ce qui reconfirme leur engagement avec eux et leur intention de continuer l’effort pour renverser Chavez.

Nous pourrions aussi parler du rôle du Pentagone et des militaires étasuniens qui ont entrainé les putschistes, les ont équipé avec de l’armement et encouragé leur action.


 De quelle façon l’ambassade nord-américaine à Caracas poursuit-elle son ingérence ?
 
L'article dans son intégralité :

http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6649

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents