Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Liste des pires endroits pour être une femme: Haïti N° 1 en Amérique

Publié par Elsie HAAS sur 6 Juin 2008, 09:34am

Catégories : #CULTURE


The List: The Worst Places to Be a Woman HAITI
Worst in the Americas

Share of women in National Assembly: 5 percent

Female-to-male income ratio: 52:100

Female literacy rate: 57 percent

In the slums around Port-au-Prince, organized gang rape is a fact of life for many Haitian women. Nearly half the young women and girls in the capital’s Cite Soleil shantytown have been raped or sexually assaulted, according to a 2006 U.N. report. Nongovernmental organizations say the problem isn’t taken seriously because many Haitians, including members of the police and judicial system, consider nonconsensual sex as rape only if the victim was a virgin. In fact, rape wasn’t even categorized as a criminal offense until 2005. In addition, if a husband finds his wife engaging in adultery in his home, the criminal code excuses him if he kills her; if a wife kills her husband under the same circumstances, she isn’t excused.

Traduction:
 femmes à l'Assemblée Nationale 5%
pourcentage femmes hommes 52 sur 100
niveau d'alphabétisation : 52%

Dans les bidonvilles autour de Port-au-Prince le viol organisé par des gangs est une réalité pour de nombreuses femmes. Presque la moité de femmes et des filles du bidonville "Cité soleil" ont été  violées ou ont subi des agressions sexuelles, selon un rapport datant de 2006.
Selon les ONG, cette situation n'est pas prise au sérieux pace que beaucoup d'Haïtiens, dont les membres de la Police et de la Justice, considèrent  qu'il y a viol uniquement quand la victime est vierge.
En fait ,ce n'est qu'en 2005 que le viol a été considéré comme un acte criminel.
De plus si un homme surprend  dans sa maison sa femme en train de commettre un adultère , le code pénal l'excuse s'il tue sa femme; par contre si à l'inverse une femme tue son mari dans les mêmes circonstances, elle n'est pas excusée.

Evidemment c'est encore une fois pénible de voir Haïti citée en premier dans tous les rapports négatifs et pas l'inverse.

Une petite surprise,  les 52% de femmes qui savent lire.
Un dépit : 5% de femmes à l'assemblée nationale

On peut comprendre qu'elles n'aient pas envie d'aller dans cette jungle où domine le machisme le plus grossier.

A observer les relations époux/épouse,  on est atterré devant la violence verbale et physique, l'autoritarisme qui frisent une sorte d'esclavage.

Nous sommes loin d'Anacaona et de la culture des Taïnos.

Nous avons gardé le nom, Haïti, mais sans le respect de la nature et celui des plus faibles qui faisaient partie de leur culture.

A celà nous persistons à préferer le "grenn-naboundaisme" des admirateurs de Pinochet.

L'Article :

http://www.foreignpolicy.com/story/cms.php?story_id=4319

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents