Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Grenn-nanbounda (extrème-droite) en Bolivie ou en Haïti du pareil au même

Publié par Elsie HAAS sur 9 Juin 2008, 09:35am

Catégories : #NUESTRA AMERICA 2008

 Communiqué de "The Global Women's Strike  (GWS) qui annonce  la relaxe d'une des personnes responsables de violences racistes (coups et injures) contre des Indiens désarmés le 24 mai.
Les attaques ont été filmées et ont fait le tour du monde, cependant le juge, qui clairement prend le parti de la puissante élite,  a relaxé M. Roberto Lenin(sic) Santoval Lopez.

Les grenn-nanbounda partout dans l'Amérique Latine et dans les Caraïbes utilisent les mêmes méthodes .

Ces méthodes ne sont pas autres que celles pratiquées par les Nazis
- attaques systématiques des populations faibles, marginalisées et désarmées
- emploi de  l'humiliation et du  racisme pour déshumaniser les victimes
-utilisation de "sanmanman", d'escadrons de la mort, de  paramilitaires pour commettre des actes d'une cruauté inouïe
-utilisation de kidnapping, disparition et meurtres des "leaders" des communautés
-utilisation de la presse, des média et de l'international pour "démoniser" leurs opposants et "blanchir" les criminels
-utilisation de l'appareil judiciaire pour garantir leur impunité.
 Etc, etc.

Cette  stratégie est commune à toutes les "élites" d'Amérique Latine qui se sont organisées en réseaux ,  se passent les tuyeaux, les bonnes recettes de répression des populations  et de déstabilisation des gouvernements progressistes.

En somme une "Opération Condor"  relookée. Pour en savoir + sur l'Opération Condor : link

Et aussi cet article qui montre que je ne suis pas trop,trop
loin de la vérité
L'idée d'une réactivation andine de ce que fut « l'Opération Condor » dans les années 70 grandit.
link

 En passant comme nul n'est censé ignorer la force des symboles, il est assez intéressant qu'en Haïti, le terme "Opération Bagdad " ait été crée par l'ex-gauche qui compte dans ses membres pas mal de gens ayant étudié dans ces pays d'Amérique Latine.

Il faut rappeler aussi que l'extrême droite chilienne a Toujours prétendu que les crimes contre les militants de gauche, l'élimination de 119 membres du MIR connue sous le nom "Opération Colombo" link étaient dûs à des règlements de compte au sein du mouvement.

Cette version a été celle propagée dans les média internationaux alors que les crimes étaient bel et bien commis par les Pinochet and co.

Le media ont d'autant plus marché dans ce bobard qu'ils avaient déja intériorisé l'idée que la "barbarie" se trouvait dans le camp de la gauche.


Cette même recette de désinformation a été/ est employée en Haïti actuellement.

Il reste qu'il faudra du temps -  beaucoup de temps pour que cette vérité apparaisse au grand jour.
 Mais  malheureusement les responsables des tueries , des kidnappings, des viols, des tortures qui ont eu lieu depuis 2004, resteront impunis.

Il faudrait être "naïf" (ou autre chose) pour imaginer que l'extrème-droite très puissante va se croiser les bras face à l'arrivée des régimes de gauche. Ces gens là ont un savoir faire immense dans la répression et la torture, ils on de l'argent, des média et des contacts internationaux et spécialement ceux avec la CIA, le Pentagone et tutti frutti.

En Haïti, depuis 1957, cette extrème-droite duvaliériste continue sans relâche à torpiller toutes les initiatives progressistes.

D'ailleurs et en passant également, je me demande si l'occupation d'Haïti par les troupes  des pays  où la dictature a fait des massacres (Argentine, Chili, Brésil, Bolivie,etc.) n'est pas une sorte de laboratoire pour la répression future des  populations de ces pays.

Haïti étant une sorte de terrain d'entrainement.


Le communiqué  en anglais


The Global Women’s Strike condemns the El Alto court decision to free a violent racist and the attacks on our coordinator in Bolivia

 

1. Yesterday, 3 June, the co-ordinator of the Global Women’s Strike (GWS) in Bolivia was outside the Supreme Court of El Alto with another 200 people to witness the case of Roberto Lenín Santoval López, one of the racists who assaulted Indigenous and rural people in Chuquisaca on 24 May.  The attacks were filmed by TV cameras and shown all over the world.  Santoval and others humiliated about 30 people, forcing them to kneel shirtless and burning their ponchos and flags.  The prosecutor Henry Zuaznavar – who is clearly used to dispensing immunity to the powerful elite – freed Santoval despite the evidence and the clamour for justice of all those present and of many in Bolivia and around the world who have been following these events.

 

2. GWS co-ordinator Rosario Panozo was then attacked by the Women’s Federation of El Alto which was also there. They told her that they would “hang and burn” her.  If it were not for the other people present, Ms Panozo would have been beaten.  For three years Ms Panozo has been speaking out about the corrupt relationship between the Women’s Federation and the local government of La Paz, which pays their wages.  The local government is in the hands of the extreme rightwing party PODEMOS which has been involved in many attacks and Indigenous people.  They oppose the changes Evo Morales, the first elected Indigenous president, is introducing to tackle centuries of exploitation and impoverishment of Indigenous and rural communities – the majority of the population.

 

We are reporting these attacks to women’s, community, Indigenous and rural organizations nationally and internationally.  We are also reporting to the trade union federation of El Alto (Central Obrera Nacional de El Alto) to which the Women’s Federation is affiliated.  We cannot allow sexism, racism and corruption to stop the advances that are being won in Bolivia and to endanger the lives of those who are fighting for change.

 

Please send messages condemning these racist and sexist attacks and in support of our sister Rosario Panozo:

redhuelgamund.bolivia@hotmail.com  and womenstrike8m@server101.com

 

The Global Women’s Strike, international coordination, London

Co-ordinations in Bolivia, England, Guyana, India, Ireland, Peru, Spain, Trinidad & Tobago, Uganda, USA, Venezuela

 

Commenter cet article

S
JULES EMMANUEL SAURAY SORIN<br /> Ballet haïtien de paris COURS DE DANSE<br /> Haïtienne, Africaine, Afro jazz, Salsa, Afro-caraibean, Ballet jazz,<br /> Street- Jazz, contemporain, Moderne jazz, hip- hop Danse Africaine, Haïtienne, Brésilienne, Cubaines  les cours sont accompagnés par les percussionnistes, ils sont ouverts à tout le monde et tous les niveaux.  Le programme des cours est basé sur EMMCE<br /> Ballet haïtien de paris<br /> Vous propose:   - spectacles de danse et de percussion  Haïtienne; - stage de danse et d'initiation - Animation scolaire,   carnaval,   Festival.<br /> Pour tout renseignement sur cours de danse, stages et spectacles; contact:<br />  Tél.: 0614061948/0615816396/0625677667  <br />  e-mail: compagniededansejesssorin@yahoo.ca<br />  jessballethaitiendeparis@yahoo.fr
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents