Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


« NOTRE AMI » BEBE DOC

Publié par Elsie HAAS sur 17 Juin 2008, 09:16am

Catégories : #DUVALIER

Cet article paru en 1991 démontre que  les grenn-nanbounda (l'extrème-droite) de France, des Etats-Unis et du Canada avaient  déjà en 1991, comme en 2004 le projet de remettre au pouvoir le dictateur Duvalier fils afin de freiner le mouvement de libération.

 

LE dénommé Roger Lafontant auteur du coup d’Etat avorté en Haïti n’a certainement pas agi seul. Ancien ministre de l’Intérieur de la dictature, il avait, dès l’annonce des résultats du scrutin présidentiel assurant la victoire du Père Jean-Bertrand Aristide avec près de 70 % des voix, annoncé son intention de refuser le verdict des urnes. Ce chef des « Tontons macoutes », les tueurs du régime duvaliériste, a reçu des ordres venus de l’étranger, particulièrement de France et de certains milieux ultras des Etats-Unis et du Canada. Depuis le départ précipité de Jean-Claude Duvalier pour Paris, Roger Lafontant est resté en liaison directe avec son patron installé luxueusement, en février 1986, sur la Côte d’Azur grâce aux bons offices du premier ministre français de l’époque, Laurent Fabius. Dimanche soir, il est passé à l’action.

DEPUIS de trop longues années, le peuple haïtien vit un calvaire. Après avoir mis fin à la tyrannie, il a subi les ambitions des anciens proches du régime, d’une hiérarchie militaire avide de pouvoir, des proches du gouvernement américain et du Fonds monétaire international. Lors d’une élection « propre », selon tous les observateurs, la population haïtienne a tranché en confiant la direction des affaires du pays à Jean-Bertrand Aristide. Un résultat insupportable pour les pairs du « macoutisme » que les autorités américaines et françaises n’ont jamais condamnés.

Sur le rôle de la France nous renouvelons ici plusieurs questions.

LES autorités françaises révéleront-elles enfin pour quelles véritables raisons Jean-Claude Duvalier, acteur principal d’une dictature qui a commis 30.000 assassinats politiques, rejeté un million d’Haïtiens dans l’exil et détourné des millions de dollars a été accueilli sur notre sol ?

Comment expliquer que le « boucher d’Haïti » qui ne devait rester « pas plus de huit jours » en France, selon Laurent Fabius, mène grand train de vie sur la Côte d’Azur entouré d’une milice privée, circulant dans de luxueuses voitures, festoyant dans les plus grands restaurants de la région, et disposant d’un système de communication radio de grande puissance ?

Quelles sont les forces occultes qui ont embourbé les procédures judiciaires engagées par les avocats français de l’Etat haïtien pour tenter de récupérer le fruit des détournements de fonds du clan Duvalier ?

IL y a près de deux siècles, Toussaint Louverture, fondateur en Haïti de la première République noire mourrait de froid en déportation dans une geôle du fort de Joux. Depuis 1986, les gouvernants français accordent à Bébé Doc un sort bien plus confortable en lui laissant le loisir de maintenir tous les contacts avec ses tueurs.

Roger Lafontant, auteur de la tentative de coup d’Etat a, semble-t-il, été arrêté lundi à Port-au-Prince. Faudra-t-il attendre encore longtemps pour que les autorités françaises interdisent toute activité séditieuse à Bébé Doc et que le dictateur haïtien soit renvoyé dans son pays afin d’être jugé ?

JOSE FORT

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents