Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


ALERTE, Appel à toutes les personnes de conscience pour contrer la propagande réactionnaire contre Haïti

Publié par Elsie HAAS sur 21 Janvier 2010, 10:13am

Catégories : #AYITI SEISME

Mesdames, Medemoiselles, Messieurs,

Le tremblement de terre qui a secoué Haïti le 12 janvier 2010 a fait plus de 100 000 morts selon
les récentes estimations. Mercredi dernier, une autre secousse de 6.0 vient de se faire sentir du côté de Port-au-Prince

La population haïtienne, celle de Léogane, celles de Jacmel, celle de Carrefour où se trouvait l'épicentre du séisme et de Port-au-Prince, sont restées presque 4 jours sans aide, sans nourriture, sans eau, abandonnées à elles-même.

Vous avez pu voir, grâce aux images diffusées quel a été dans l'ensemble le comportement des habitants de Port-au-Prince marqué par l'entraide et  la générosité.

Devant les images horribles de ce désastre, la solidarité internationale s'est manifestée pour venir en aide à la population haïtienne.

Aujourd'hui, cet élan de générosité, cette compassion universelle face à  la souffrance de milliers de gens, tendent à être pervertis par une campagne  de propagande qui, comme dans le cas de Katrina à la Nouvelle Orléans,  assimile sciemment et malignement les  denrées prises pour se nourrir  dans les ruines des magasins qui se sont effondrés, à du pillage.

Nous demandons aux populations du monde entier de ne pas croire à cette généralisation  qui  a pour effet de transformer la victime en coupable. Les véritables pilleurs, ceux qui ont ruiné ce pays, les commerçants de l'import devenus milliardaires en 2 générations et qui gouvernent officieusement ce pays, Haïti, à partir des années 1957  de la dictature de Duvalier François dit PapaDoc, et de son fils Duvalier Jean-Claude, dit Babydoc ont tout intérêt à laisser croire à la "sauvagerie" de la population haïtienne.

Actuellement, cette campagne de propagande contre le peuple haïtien sévit également sur le web, dans les journaux, à la télévision. Cette campagne est malheureusement relayée par  des Haïtiens.  On y retrouve le  même  groupe de personnes appartenant  à des mouvements et organisations qui ont favorisé et entretenu le chaos en Haïti entre les années 2000 et 2004 jusqu'à obtenir l'occupation du pays par les troupes de la Minustah.

Depuis le coup d'Etat de 2004, les réseaux maffieux qui donnent aussi bien dans le narcotrafic, le trafic des personnes, la pédophilie, le kidnapping, le blanchiment d'argent, le tourisme sexuel se sont particulièrement développés accélérant la ruine du pays.

Des gens qui se sont regroupés sous l'appellation de "grenn-nanbounda", ce qui veut dire en français des "couilles au cu" au cycle reconnaissable de GNB, d'autres qui appartiennent au Groupe 184 dont les VIP ont été l'entrepreneur de sweathop André Apaid, le groupe dit Collectif Non et son annexe française le Collectif 2004 dirigés par les zentellectuels qui ont lutté farouchement contre la célébration du Bicentenaire de l'Indépendance reprennent du service pour dénigrer la majorité de la population haïtienne, qu'ils ont eux-mêmes en tant qu'élite aider à placer dans cette situation.

Comment expliquer qu'un pays dont les ressortissants remportent en une année 13 prix littéraires, ait environ 50% de sa population analphabétisée ?

Ces personnes ont leurs entrées sur les média dominants en France, au Canada, aux USA et peuvent diffuser comme elles  le veulent avec l'assentiment de ces media dominants,  leur mantra sur l'insécurité et sur  une pseudoviolence  chronique du peuple haïtien.  Toute chose grotesque si on considère, par exemple, celle qui règne au Brésil ou au Mexique  ou plus près d'Haïti en République Dominicaine en temps de paix. Mais comme tout le monde le sait les mensonges se moquent du ridicule; il leur suffit d'avoir des micros et des caméras pour se transformer  en vérité.

Hier encore un habitant des USA faisait feu sur 8 personnes et les tuait.
Hier encore,  une révolte dans une prison au Mexique faisait plus d'une vingtaine de morts.
Hier encore, le 20 janvier, on pouvait lire dans la presse dominicaine  ce titre:
 Hombres vestidos de militares asaltan sucursal Banco León
Seis hombres vestidos de militares asaltaron alrededor de la 1:30 de esta tarde la sucursal del Banco León ubicada a la altura del kilómetro 7 de la Carretera Mella, en el Municipio Santo Domingo Este.
Six hommes en uniformes militiaires ont pris d'assaut vers 1h30 de l'après midi la succursale de Banco Leon...

Devons-nous en conclure que l'insécurité règne dans ces 3 pays ?

L'insécurité en Haïti, comme chacun a pu le constater à travers le flux d'images déversées dans les média est avant tout structurelle : absence d'eau, de logements, de soins de santé,  de justice, chomage...

Et tout ceci à cause de qui ? Sans doute pas à cause d'une population dans l'ensemble travailleuse, courageuse, inventive et pleine de mérites  pour arriver à survivre, à créer,  dans les conditions infrahumaines qui lui sont faites.

Nous demandons à tous ceux, émus et révoltés, contre l'état scandaleux dans lequel les élites d'Haïti forcent la population à vivre, un peuple  à peine victime d'un  tremblement de terre ravageur,  abandonné à lui-même et déjà stigmatisé,  de ne pas écouter les média/mensonges propagés par les "chiens de garde" du status quo.

Ceux-là  qui semblent avoir  repris la main depuis quelques jours et qui, en ce faisant, disculpent
les commerçants incompétents  et milliardaires qui gèrent le pays comme une entreprise privée dont les bénéfices vont directement dans leurs comptes en banque et jamais ne s'investissent dans le développement du pays.

Si le tremblement de terre peut avoir un aspect positif, ce n'est pas seulement celui d'une éventuelle reconstruction du pays, mais  surtout celui de reconstruction de  l'image de la majorité des Haïtiens  à l'intérieur du pays comme dans la diaspora; une image sordide véhiculée par les élites spoliatrices, entre autres,  à travers les romans et les productions cinématographiques de leurs intellectuels.

Nous vous prions instamment de rester attentif à  ce qui se passe en Haïti, votre regard est une protection pour la population haïtienne sans défense face aux élites dites MRE,(Most repugnant elite)  et également most criminal, qui en ce moment, comme en 2004 utilisent la peur et le chantage à l'insécurité pour continuer à opprimer la population.

VOIR Opération grenn-nanbounda ou instrumentalisation de la peur en Haïti
VOIR Coup d’État en Haïti... quand la violence fait partie de la culture

Nous vous prions de bien vouloir continuer à donner pour le peuple haïtien, mais de bien veiller à ce que ces dons n'aillent pas remplir les comptes en banque des MRE et de leurs associés et restavek
(restavek -reste avec, se dit des enfants domestiques semi-esclavagisés dans des familles plus aisées et par extension de tous ceux de tous les milieux : politiques, intellectuels, artistiques, ONG,  qui collaborent  à l'exploitation de la majorité de la population par une minorité de possédants).

Nous vous demandons, à chacun de vous qui a fait preuve de générosité, d'accomplir un devoir de citoyen du monde, en suivant les traces des dons alloués par vous-mêmes et vos gouvernements. Cette vigilance est vitale pour la poplulation.

Sinon, il risque d'arriver ce qui s'est passé de 2000 à 2009, que les fonds alloués aux "entités" qui protégent le status quo, ne parviennent pas à leurs destinataires et disparaissent sans laisser de traces.

Nous vous remercions de bien vouloir faire passer ce message.



Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents