Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Clinton "C'était peut-être une bonne chose pour certains de mes fermiers dans l'Arkansas, mais ça n'a pas marché."

Publié par siel sur 30 Octobre 2013, 14:51pm

Catégories : #REFLEXIONS perso

BILL CLINTON: 

"Since 1981, the United States has followed a policy, until the last year or so when we started rethinking it, that we rich countries that produce a lot of food should sell it to poor countries and relieve them of the burden of producing their own food, so, thank goodness, they can leap directly into the industrial era. It has not worked. It may have been good for some of my farmers in Arkansas, but it has not worked. It was a mistake. It was a mistake that I was a party to. I am not pointing the finger at anybody.

.........I did that. I have to live every day with the consequences of the lost capacity to produce a rice crop in Haiti to feed those people, because of what I did........Nobody else."

 

Traduction


B. Clinton :

" A partir de 1981, les USA ont mené une politique, poursuivie jusqu'à  récemment où nous avons commencé à la repenser, qui voulait que les pays riches qui produisent de la nourriture en grande quantité devrait la vendre aux pays pauvres et, ainsi, soulager  ces pays du souci de produire leur propre nourriture. De manière à ce que, grâce à Dieu,  ces pays puissent se retrouver directement dans le monde industriel. Ca n'a pas marché. Cela a été une bonne chose pour quelques uns de mes fermiers de l'Arkansas, mais ça n'a pas marché. Ce fut une erreur. Ce fut une une erreur à lauqelle j'ai pris part. Je ne montre personne du doigt.

 

..... Je l'ai fait. Je dois vivre avec aujourd'hui avec la capacité perdue de produire une récolte de riz en Haîti pour nourrir ces gens, à cause de ce que j'ai fait.... Personne d'autre."

 

Commentaire : C'est assez marrant de voir M. Clinton faire son mea culpa et prendre sur lui,  comme s'il s'agissait d'une décision personnelle,  la responsabilité de ce qui n'est rien d'autre qu'une injonction du FMI, qui a été appliquée dans tous les pays du Sud et même ceux de l'Europe du Sud. Comme il s'empresse de le dire " je ne montre personne du doigt". Il ne manquerait plus que ça. Désigner le FMI et la BM - pour se retrouver  soudain, kwik,  à court de conférences payées à X milliers de dollars. Les mesures de rétorsions sont très vites appliquables . Et les puissants d'hier peuvent se retrouver demain, kwik, persona non grata.


Le c'est ma faute, c'est ma très grande faute de Clinton ne mange pas  de pain et n'engage que lui. C'est à dire que sa "confession"  ne change rien à rien, si ce n'est à soulager sa conscience d'avoir foutu en l'air la production de riz d'Haîti, d'avoir envoyé les paysans dans les bidonvilles, dans les bateyes en RD, dans les boatpeople mourir sur la mer, sans compter toute la population actuellement intoxiquée par le riz OGM  miyami, avec les problèmes de santé provoqués par cette introduction dans le régime alimentaire des paysans- dans un pays dépourvu de structures sanitaires. Bravo. Beau Bilan.

 

Au suivant.


15 ans plus tard Caracole

 " Je pensais qu'en installant un gigantesque sweatshop sur des terres cultivables et en chassant les paysans, nous allions les faire passer à l'ère industrielle et , grâce à Dieu, et à la nouvelle loi prise par la Cour constitutionnelle de la RD, avoir des milliers de travailleurs  avec les salaires les plus bas dans le monde pour mener avec succès cette entreprise. Ca n'a pas marché. Peut-être bien que quelque grandes entreprises en ont profité. Mais ça n'a pas marché. Je ne pointe personne du doigt. J'ai ma part de responsabilité dans cet échec."


Amen.


La messe est dite.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents