Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Côte d'Ivoire :Procès des ex- barons du cacao / Frc: Des milliards de F. Cfa distribués sans décharges

Publié par siel sur 5 Avril 2013, 12:34pm

Catégories : #INTERNATIONAL

Puisqu'on parle de Lamothe et de sa visite en Côte d'Ivoire.

 

Et qu'on nous dit qu'il veut profiter du savoir faire des Ivoiriens concernant le mangement du Port d'Abidjan qui est en réalité controlé par le groupe Bollore  Bolloré bientôt en Haïti ?

 

La presse officieuse du gouvernement rose nous dit aussi qu'il est là-bas également pour profiter du savoir faire des Ivoiriens dans la production de cacao.link


Voici une info récente sur les détournements de fonds de ceux qui sont appelés par l'auteur les "barons du cacao". C'est ici : link 

 

Voici un extrait d'article ici : link qui met à mal, le savoir faire des Ivoiriens dans la culture du cacao. Peut-être que LL s'est trompé de destination et aurait été plus averti, en admettant qu'il soit interressé par les questions  liées à l'environnement, à aller à la rencontre des producteurs de cacao au Pérou.

 

EXTRAITS

"Quelle est la situation des producteurs de cacao aujourd’hui? Arrivent-ils à vivre décemment de leur travail?


On trouve à la fois le pire et le meilleur. Certains producteurs évoluent dans un environnement très dégradé, dans des champs mal entretenus avec un rendement très faible d’environ 400 kilos par hectare. Les écosystèmes étant dégradés, ils essayent de compenser avec des fertilisants de synthèse qui coûtent cher et ont une efficacité limitée. Par exemple, en Côte d’Ivoire, dans beaucoup de régions où on a encouragé la plantation de cacaoyers, on a coupé les autres arbres. C’est une erreur car le cacao a besoin d’ombre. C’est aussi un arbre qui a besoin d’être taillé, or les producteurs ne le font que rarement car ils croient qu’ils vont avoir plus de fruits sur un plus grand arbre.

Et quelles sont les situations plus positives?


D’autres producteurs qui développent l’agroforesterie plantent dans les forêts où les arbres sont utiles aux cacaoyers ou en plantant des légumineuses pour fixer l’azote dans le sol. Si l’écosystème est préservé et diversifié, un producteur peut bien s’en sortir et produire environ deux tonnes de cacao bio à l’hectare.

Il y a donc un cacao à deux vitesses dans le monde?


Deux modèles existent: une agriculture intensive où on a fait du cacao sans s’intéresser à l’écosystème et qui a mené les producteurs dans l’impasse car aujourd’hui ils vieillissent et leurs enfants ne veulent pas reprendre les plantations, et une agriculture plus extensive, comme au Pérou, où cohabitent acajous, teks, pins, bananiers et champs de cacao. Ces écosystèmes plus résistants n’ont pas besoin d’intrants et les planteurs sont heureux."

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents