A makeshift larimar mine.
Picture 1 of 2
Previous Next Zoom Picture

Bahoruco, Dominican Republic.- President Danilo Medina on Sunday  announced the government’s financial and logistical help for larimar miners, and will create a school to train jewelers of the semiprecious stone found only in the Dominican Republic.

He promised them safe and ventilated tunnels with extractors, and instructed Mining Agency director Alexander Medina, to build one for safety.

Medina, who met with the unions of larimar miners, jewelers and artisans, and the La Filipina Larimar Cooperative, said the stone can be a country-brand, such as Chile’s lapis lazuli, of great demand among tourists.

The President began his traditional Sunday tour at Boca de Cachón, where the Government builds 537 homes for 3,500 people uprooted by the swelling of Lake Enriquillo.

SOURCES:link
Pendant ce temps...en Haïti... une équipe  Tèt Kale  de l'ultra droite,  qui s'est elle-même baptisée " bandit légal", qui s'habille tout de rose, couleur des petites filles,  comme le loup se déguise en mère grand pour mieux vous manger mon enfant; une équipe constituée de tout ce qu'on peut trouver comme complices,  enfants et parents des bourreaux  du peuple haïtien, garde le silence sur le dossier des mines. Emmanuel Ménard, ancien chantre du duvaliérisme à la tête de l'organisme chargé de réaliser les élections. Vous avez dit démocratie ?

Or, il y a de fortes chances que les pierres semi-précieuses en RD soient les mêmes qu'on puisse trouver en Haïti. Pétrole, or et iridium en abondance en Haïti, selon l’ex-président de la Raffinerie dominicaine de pétrole, M.Leopoldo Espaillat Nanita

Or, il se trouve que Medina, à peine élu à la présidence, s'était empressé de revoir les contrats avec les compagnies minières signés par son prédécesseur Fernandez et jugés trop à l'avantage de ces compagnies. Voir la vidéo de Medina en visite à la mine Barrick Pueblo.link

Pendant ce temps là...en Haïti, l'équipe rose Tèt Kale décide de déclarer l'ensemble du territoire de l'Ile à Vache d'utilité publique afin d'en disposer comme elle  l'entend. Et en "bandits légaux " qui se respectent la vendre à des intérêts étrangers pour en faire un truc de tourisme hideux à l'ancienne mode de la RD.

Or,  de l'autre côté de l'île,  Medina et son gouvernement travaillent à trouver des solutions pour sortir leur pays de la dépendance au tourisme dont toute l'industrie appartient à des capitaux étrangers. Medina Président de la RD prolonge jusqu'à décembre l'état d'austérité dans l'ensemble des institutions publiques.

Pendant ce temps là, Lamothe/ Martelly/Balmir Villedrouin, roulent des gros yeux et salivent devant les milliers de dollars apportés par des investisseurs. Comment piller son pays : mode d’emploi. Par ELY Mustapha (rediff)
Au fait, un journaliste a -t'il fait une enquête sur le background de ces investiseurs ? Non évidemment pas.1-  Enquéter ça ne fait pas partie de leur formation. 2- Les investisseurs étant blancs ils sont, ipso facto, considérés comme fiables.
Ces investisseurs réclament en échange de leur argent un aéoroport sur ce petit ilet, trafic qui va
définitivement pollluer l'environnement,  alors que cet  ilet avait tous les atouts pour devenir une réserve écologique destinée à des touristes   fortunés, de plus en plus nombreux à vouloir profiter de la nature.link
Or, c'est exactement ce qui avait été expliqué au Premier ministre lors de son passage à Bruxelles, par un expert en industrie du tourisme. Pas la peine d'essayer de faire ce que la RD a fait il y a 20 ans. Votre pays est vierge, il a une histoire particulière c'est là-dessus  que vous devez compter. En matière de tourisme "le blanc" dit à Lamothe ce que nombre d'Haïtiens disent sur les forum.
En fait ces investisseurs ne  réclament  pas autre chose quele droit de foutre en l'air l'éco-systême de l'île . 
vache1.jpg

Or, les héritiers des Duvalier et grennn-nanbounda au pouvoir,  sont  des gens faits de bric et de broc, avides de biens matériels, fascinés par le bling bling, la violence,  l'argent facile,  dépourvus de culture, d'idéologie et encore moins de convictions- pas parce qu'ils seraient mauvais et méchants par essence, mais juste une question d'éducation familiale-  qui n'ont pas les moyens intellectuels pour élaborer un projet  pour construire un pays différent de leurs propres références morales, esthétiques, culturelles.

Pendant ce temps-là, en RD, Medina tente de lancer son pays dans une nouvelle aventure, en rupture réelle avec les années "m'as-tu-vu " de Fernandez : l'apprentissage de la démocratie A propos de l'éducation. Petit exercice de comparaison entre la méthode Medina et la manière Martelly


Souhaitons lui du succès. Les deux parties de l'île Kiskeya étant fortement liées,  ce qui est bien d'un côté ne peut qu'avoir une bonne influence sur l'autre côté. Et l'inverse est tout aussi vrai.