Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Haïti-Rép. Dominicaine/Commerce : Exportation ou exploitation ? par Milo Milfort Rediff

Publié par siel sur 6 Décembre 2013, 10:16am

Catégories : #AYITI-RD relations


Par Milo Milfort / « Ayiti Kale Je » (partenariat médiatique dont fait partie AlterPresse)


P-au-P., 21 déc. 2012 [AlterPresse/Ayiti Kale Je] – « Tous ces produits sont achetés sur la frontière haïtiano-dominicaine : la carotte, le mirliton, l'aubergine, les choux, le piment, les œufs, le salami, tous. C'est la frontière qui soutient le pays », explique une marchande débout devant son étalage plein à craquer.

Cette marchande – qui a refusé de donner son nom par crainte de représailles des autorités douanières haïtiennes pour le non-paiement de taxes – vend des produits alimentaires au grand marché de la Croix des bossales, le plus grand marché public de la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Chaque jour, des centaines de vendeurs et d'acheteurs s'empilent sur cette vaste terre sale, bruyante, située à quelques pas du principal port du pays.

 


Des montagnes de pâtes dominicaines, des tours d'œufs dominicains, des monticules de plantains dominicains et des piles de pâtes de tomate, ketchups, mayonnaises et autres préparations alimentaires sont partout. Même situation dans les supermarchés haïtiens.

 


Au même titre que la marchande de légumes, les autres marchandes et marchands sont tous entourés de toutes parts. Des produits, il en existe. Mais, la quasi-totalité n'est pas produite dans le pays... et la majorité vient de la République Dominicaine.

 


C'est la même situation aux marchés de Tabarre, de la Croix-des-bouquets et de Salomon (Port-au-Prince), d'après une enquête effectuée par Ayiti Kale Je (AKJ), un partenariat médiatique qui se concentre sur la reconstruction en Haïti.

 


Dans ces quatre marchés cléfs de la capitale haïtienne, les produits haïtiens ne sont pas très évidents.

« Nous ne les trouvons pas. Ils n'existent presque pas », d'après une commerçante assise à côté d'un tour de cartons gris remplis d'œufs dominicains.

 


Dans les quincailleries, un phénomène similaire. Les sacs de ciments dominicains atteignent le plafond. Dans la plupart des huit magasins visités, les vendeurs ont indiqué que le ciment dominicain se vend mieux que le ciment dit « haïtien ». (En fait, c'est du ciment importé en gros et mis en sac en Haïti.)

 


« Le ciment haïtien est beaucoup plus cher, mais il est de qualité. Contrairement au ciment dominicain qui est moins cher, mais pas de qualité », d'après un travailleur de GB Hardware. Tandis que chez Alliance Distribution S.A., on dit que la livraison du ciment dominicain « est plus rapide et donne moins de difficulté ».

 


Le flot de produits venant de la République Dominicaine, résulterait-il d'une simple exportation ou d'une exploitation de la faiblesse de l'économie d'Haïti après le dévastateur tremblement de terre du 12 janvier 2010 ?

 

 


Le séisme, a-t-il ébranlé les rapports économiques entre Haiti et la Rép. Dominicaine ? 

 

Le 12 janvier 2010, un séisme a frappé Haïti et a fait près de 200 mille morts et jeté des milliers de personnes dans les rues. Selon les estimations de la Banque mondiale (BM), environ 8% du stock en capital a été détruit. Pour le secteur agricole, le pays a connu une perte de US $ 8 millions, selon le gouvernement haïtien.

En plus des pertes au niveau de l'agriculture et des dommages dans les infrastructures routières, des dégâts ont été enregistrés dans les structures d'irrigation dans les zones proches de l'épicentre du séisme. La nécessité de nourrir la population ajoutée aux besoins immédiats des acteurs internationaux dans leur travail d'urgence a été bénéfique aux secteurs industriel et agricole dominicains, selon une représentante d'une association industrielle dominicaine.

 


Le séisme a eu « des effets positifs pour l'industrie, surtout en ce qui a trait aux matériaux de construction », admet Madame Circé Almanzar Melgen, vice-présidente exécutive de l'Association des Industries de la République Dominicaine (AIRD).

 


En tant que voisin d'Haïti, la République dominicaine, ses entreprises et ses agriculteurs étaient « au bon endroit et au bon moment », comme on dit. Mais déjà à la veille de la catastrophe, le voisin d'Haïti se plaçait en bonne position.

 


En 2000, le pourcentage d'exportation vers Haïti représentait 3% de toute l'exportation dominicaine. Neuf ans plus tard, soit en 2009, Haïti achetait 15% de toute l'exportation dominicaine, d'après « Haití, República Dominicana : Más que la Suma de las Partes », un rapport de la Banque mondiale (BM) publié en 2012.

Dans un commentaire qu'elle a écrit le 5 juin 2012 sur cette étude de la BM, une représentante du gouvernement dominicain observe, deux années après le tremblement de terre, que « les exportations dominicaines vers Haïti ont considérablement augmenté en passant de US $647.3 millions en 2009 à US $869.23 millions en 2010 et US $1,013 millions en 2011. »

 


Madame Magdalena Lizardo, travaillant au Ministère de l'Economie, de la Planification et Développement continue et note : « si l'on exclut les importations de zones franches, depuis 2010 Haïti est la première destination des exportations nationales, qui ont atteint une valeur de US $ 575.6 millions en 2011, légèrement supérieure au US$ 570.8 millions exportés vers les Etats-Unis. »

« Haïti représente le marché le plus important pour la République Dominicaine pour sa proximité et pour la facilité qu'il y a de pouvoir pénétrer sur son marché », consent Madame Almanzar.

 


Pour sa part, Maria Isabel Gasso, présidente de la Chambre de commerce et de production de Santo Domingo, est clair sur la raison de l'augmentation.

« L'augmentation est due premièrement au fait que vous avez des besoins. En Haiti, s'il y a un marché qui achète, il n'a pas de fournisseurs qui vendent. Si des fabriques, des industries ont souffert à cause du séisme, alors le besoin se fait encore plus sentir », dit-elle.

 


Déficit commercial croissant 

 Indubitablement, Haïti est dans le besoin.

Le pays accuse un déficit commercial croissant depuis les années 1970. Auparavant, il était en grande partie auto-suffisant au niveau alimentaire, ciment et d'autres produits.

 


Cependant, l'économie haïtienne est caractérisée par l'extraversion avant même son indépendance en 1804, ce qui veut dire que les différents gouvernements mis en place après la révolution ont très rarement développé une politique tendant à encourager des industries nationales et une agriculture moderne qui pourrait aider à faire face à une population croissante.

 


Les élites locales gagnaient leur vie en majorité par l'exportation de matières premières (café, cacao, indigo, sucre, etc.) et l'importation des aliments transformés et des produits finis.

 


Haïti n'a pas suivi la tendance de promouvoir les industries de « substitution aux importations » qui ont fleuri dans les anciennes colonies de l'Amérique latine, de l'Afrique et de l'Asie dans les années 1950 et 1960. La politique de substitution d'importation a permis aux industries locales de se développer sous la protection d'un niveau de tarif élevé et d'autres avantages conférés par les gouvernements.

 


« On a un modèle de croissance qui affaiblit les secteurs productifs au profit des importations et des importateurs. De nos jours, on a une économie largement tributaire des décisions des importateurs. Celle-ci reproduit un modèle consolidé déjà au 19e siècle. Nous sommes encore sous ce même régime. Et ça s'est intensifié », analyse l'économiste Camille Chalmers, professeur à l'Université d'État d'Haïti et directeur d'une plateforme prônant un « développement alternatif ».

 


Cependant, de l'autre coté de la frontière, le pays voisin a fait différemment en soutenant des industries nationales.

 


« Le modèle en RD est vieux de 50-60 ans », d'après Madame Gasso de la Chambre de commerce de Santo Domingo. « Ils ont eu un certain temps des lois de promotion, des lois inventives de production et d'exportation, les lois de zones franches. Ce sont des industries qui sont là depuis des années, qui ont eu la chance de bénéficier des promotions d'exportation et des promotions de la production nationale. »

 


Une politique néolibérale dévastatrice

 


L'application des politiques néolibérales – la réduction des tarifs protecteurs, la privatisation des industries d'État, la réduction des services publics, et d'autres politiques – implémentées à la fin du 19è siècle, ont été aussi des coups durs pour l'économie haïtienne déjà en souffrance.

 


Les tarifs sur les produits agricoles et alimentaires ont commencé par baisser en 1982. La baisse s'est accélérée en 1995 lorsque la majorité des tarifs sont tombés à 0%.

 


Actuellement, Haïti a les tarifs douaniers les plus bas de toute la Caraïbe.

 


Cette réduction radicale faisait partie d'un accord de 1994, communément appelé « le Plan de Paris », entre le gouvernement de Jean Bertrand Aristide en exil et les institutions multilatérales (notamment la BM et le Fonds Monétaire International - FMI) et les pays dits « amis d'Haïti » (entre autres les États-Unis, la France, et la Canada).

 


Le gouvernement d'Aristide devait appliquer une série de politiques néolibérales radicales en échange de son retour au pouvoir en 1994. (Aristide a été renversé par un coup d'État sanglant, soutenu par les élites locales et par le US Central Intelligence Agency, en 1991.)

 


Depuis 1995, la balance commerciale déficitaire haïtienne ne cesse d'augmenter de concert avec la quantité de produits alimentaires importés. Toujours en 1995, la balance commerciale haïtienne était de plus de -US$500 millions.

 


D'après le gouvernement haïtien, ce chiffre a augmenté pour atteindre -US$813 millions en 2000, et il s'élèvera à plus de -US$ 2,2 milliards, selon le FMI dans un rapport publié en aout 2012.

 


Le déficit alimentaire, en termes de dollars, était de -US$242 millions en 2000. Sept ans plus tard, soit en 2007, il était de -US$342 millions. En 2005 déjà, près de 57% des produits alimentaires consommés en Haïti étaient importés, selon le Ministère Haïtien de l'agriculture.

 


Ce chiffre est sans doute plus élevé aujourd'hui.


Luc Espéca, directeur général du Ministère du Commerce et de l'Industrie, reconnait que « l'importation cause de grands dommages aux producteurs locaux… Ils travaillent, mais le marché est envahi [par des produits moins chers]. Les producteurs ne trouveront pas de prix pour leur production. Or, lorsqu'on produit et qu'on ne peut rentrer son argent, ça devient décourageant », persiste-t-il.

 


Les importations et la baisse des tarifs ne sont pas les uniques raisons expliquant le déséquilibre entre la production agricole et la croissance démographique. Entre autres raisons, citons le manque d'investissement des secteurs public et privé, le système de l'exploitation foncière un peu confus et désuet, comme le soulignent de nombreux rapports.

 


Mais, la baisse des tarifs constituait un coup dur.

« Quand on ouvre son marché sans construire de nouvelles capacités de production, on ne fait que détruire sa propre production. Les produits dominicains se vendent moins cher. Il faut produire en quantité pour être rentable », rappelle Chalmers.

 


Espéca se voit obligé d'abonder dans le même sens : « ils n'appliquait pas un système favorisant la production nationale. Alors, ce qu'ils n'ont pas compris c'est que c'est la production nationale à l'intérieur du pays qui peut créer de la richesse. On ne peut pas ouvrir ses marchés en laissant entrer tous les produits et penser qu'on va créer des richesses… Je crois qu'une grave erreur a été commise. »

 


L'imposition des politiques néolibérales a eu d'autres impacts sur l'économie.

 


 Dès son retour en 1994, l'administration Aristide se voyait obligé de vendre les entreprises de l'État, dont Le Ciment d'Haïti. C'est une évidence que l'usine n'a pas été rentable durant les turbulentes années qui ont suivi la fin de la dictature de Duvalier (1987-1991), du fait que le régime précédent l'utilisait comme une vache à lait et n'a jamais investi dans son entretien et sa modernisation.

 


Toutefois, le gouvernement Aristide avait un plan visant à le rendre rentable. Toutes les matières premières servant à la production du ciment existent en Haïti, où on trouve beaucoup de calcaire. Cependant, le Plan de Paris faisait l'obligation à l'État haïtien de les vendre. Les nouveaux propriétaires n'ont jamais investi dans l'usine et ont de préférence opté pour l'utilisation du wharf et des bâtiments pour importer et mettre en sac le ciment étranger.

 


« Je me rappelle, quand j'étais de retour en Haïti en 1976, nous savions produire tout et tout : le tuyau, le ciment, etc. », se souvient Emile « Aby » Brun, vice-président de la division architecture et urbanisme au sein de Tecina S. A., une firme de construction et d'architecture haïtienne vielle de près de 30 ans.

Brun regrette qu'Haïti ne produit plus le ciment.

 


Ciment d'Haïti « vient grossir la liste dont fait partie la Téléco [compagnie de téléphonie de l'État], comme cela s'était produit pour la farine. Cette même situation s'est présentée pour tout, aux œufs, aux poules, aux bananes et aux figues », estime M. Brun.

 


M. Brun a par ailleurs critiqué durement les « capitalistes » haïtiens.

« Le capitaliste haïtien comprend bien qu'avec l'instabilité qui persiste dans le pays et une succession de gouvernements corrompus, les gens qu'on appelle `'industriels'' ne sont pas de vrais industriels. Il n'est pas là pour prendre des risques, pour attendre 10 ans, 15 ans avant de faire des bénéfices. Les 3/4 d'entre eux sont des commerçants, des détaillants. »


Ayiti Kale Je n'a pas pu trouver des données sur la quantité de ciment dominicain exporté vers Haïti, mais elle a pu découvrir des informations au sujet de l'industrie de ciment de l'autre côté de la frontière. Il existe 6 grandes compagnies qui emploient 15 000 personnes, et le ciment représente à peu près 21% de l'exportation dominicaine, selon Asociacion Dominicana de Productores de Cemento Portland. En aout 2012, l'association a annoncé que « les exportations de ciment vers d'autres marchés ont augmenté de 34.2 % en comparaison à la même période de l'an passé. »

 


Quelle « destination » pour la production haïtienne ? 

Les constats effectués des deux côtés de la frontière sont les mêmes. La production haïtienne est incapable de satisfaire la demande interne et les producteurs dominicains capitalisent sur cette faiblesse de plus en plus, surtout après le séisme de janvier 2010.


Plusieurs acteurs appellent le gouvernement haïtien à favoriser la production nationale.

« Il y a une situation où l'État haïtien ne défend pas les acteurs économiques haïtiens », critique Chalmers.

 

De l'autre côté de l'Ile, la Présidente de la Chambre de commerce et de production de Santo Domingo, est presque du même avis.

« Moi, je voudrais voir des produits haïtiens ici, mais c'est au gouvernement haïtien de s'assurer que ces produits soient fabriqués en Haïti pour l'exportation », dit Mme. Gasso. « Il doit avoir un plan. Quand un bateau sort du port sans destination, il n'arrive nulle part ».


Entourée de montagnes de légumes dominicains, assise à coté de ses collègues vendant des pates et des œufs dominicains, la marchande de légumes est d'accord avec Mme. Gasso. Elle souhaite voir un changement, mais elle reste pessimiste.

« Il doit y avoir un changement. D'ou sortirait ce changement ? Je ne vois pas. On est des beaux parleurs », dit-elle avec déception. « Il faut une prise de conscience pour sortir le pays de cette situation accablante ». [mm akj apr 21/12/2012 14:50]

……………..

 


Cette enquête est réalisée dans le cadre du projet « Nouveaux regards sur la réalité dominico-haïtienne : Journalisme en Plus et en Mieux », financé par l'Union Européenne et coordonné par la Chaire UNESCO en Communication, Démocratie et gouvernance à la Pontificia Universidad Católica Madre y Maestra à Saint-Domingue, République Dominicaine

 

Sur ce sujet VOIR : Aux origines de la domination commerciale dominicaine; Par Fritz Deshommes

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents