Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Pourquoi un hôtel de 26, 5 millions de dollars en Haïti ?

Publié par siel sur 8 Juillet 2013, 14:12pm

Catégories : #AYITI ROSE RAKET

Demandez à la Banque MondialeVidéo (en anglais) Corruption à la Banque Mondiale, témoignage d'une ancienne employée de l'institution.

 

Pas sûr, selon le témoignage de son ancienne employée,  qu'elle acceptera de vous répondre pour  vous expliquer,  chiffres à  l''appui, les retombées économiques attendues de cet investissement important. Ce qu'on appelle le retour sur investissement.

 

Combien de touristes par jour, combien d'emplois ?

Planification de rentabilité sur combien d'années ?

Que dit le gigantesque économiste néo-libéral haïtien M. K Pharel ?

 

Ce truc là a tout l'air, pour moi d'un montage à la Caracol, ( dont on ne parle plus). L'argent qui circule d'une main à une autre.

Ne me demandez pas lesquelles, je ne suis pas Snowden.

J'n'ai pas envie d'être coursée.


Cependant, il  y a un truc qui m'échappe dans cette histoire de construction d'hôtels tout azimut.

Il existe en Haïti, notamment en province, un certain nombre d'hôtels, dont certains pas mal du tout.

Il y en a un à Pandiassou (Hinche) - aucune idée s'il est encore ouvert- super beau et bien équipé.

L'endroit idyllique pour passer quelques jours de repos.

Rien que la visite des cuisines vaut le détour.

Bizarrement, cet hôtel est toujours vide.

Aucune idée non plus de ses propriétaires et de la raison pour laquelle ils ont choisi de construire un hôtel aussi beau dans ce coin perdu.

 

Autre exemple, à Port Salut et dans les environs, une quantité d'hôtels, très chers, genre à partir de 100$ la nuit.

Peu de touristes haïtiens locaux et de la diaspora peuvent  débourser une telle somme.

Il y a bien sûr la Minustah, mais est-ce que cette clientèle suffit pour rendre un hôtel rentable ? 

Pourquoi construire des hôtels qui restent vides ?

Est-ce que OASIS  ( dont on ne parle plus) qui a bénéficié du Fonds Bush Clinton et de l'argent des assurés haïtiens  s'en sort économiquement ?

Pour tous ces investissements,  Caracol, Oasis elatriye, nous sommes dans le brouillard total.


Je ne sais pas quels sont les plans pour Haïti, des étrangers, genre Digicel, BM, Clinton et consorts,..

Ce que je sens c'est que ça  ne sent pas bon.

Ca sent l'enfumage.

On dirait que ces gens-là sont en train,  soit de "fluidifier"  de l'argent, soit de se préparer à long teme à une reconfiguration  d'Haïti à eur profit,  un plan dans lequel rentrerait la sélection/élection de Martelly, qui sert de couverture.

Ceux que d'autres applellent une recolonisation d'Haïti commencée en 2004 avec le boycott de la commémoration des 200 ans de l'indépendance et le retour des troupes françaises sur le territoire national.


  Le fameux décollage d'Haïti, ne serait-il pas le décollage de ses racines historiques et culturelles ?

Est-ce que dans la tête de ces gens-là, avec la complicité des élites racistes et cupides, il ne s'agirait pas de faire d'Haïti une réussite style Afrique du Sud après Mandela. C'est-à-dire en offrant des miettes à un secteur de la population (les zélites  gros ventre, en Haïti on dit les grands mangeurs, les Gwo Zouzoun) ), tout en gardant le contrôle sur les ressources du sous-sol et l'économie en général et excluant la majorité de la population remisée dans des sortes de townships dont ils sortiraient pour  travailler dans les entreprises hotellières, minières, et autres des étrangers.

Caracol est déjà le protoype de ce genre macabre d'organisation socio-économique : faire main basse sur une terre fertile, en chasser les paysans, empêcher les velléités de production agricole locale au profit d'un projet qui ressemble aujourd'hui aux villes fantômes de l'Espagne, financées par l'Etat dans le cadre de partenariats public/privé  et aujourd'hui abandonnées sans habitants.

Maheureusement, la majorité des Haïtiens n'a  ni les informations, ni l'éducation pour s'interroger sur les raisons derrière ces investissements de l'international dans l'hotellerie/tourisme  et le rôle rééel joué par Mme Balmir Villedrouin, hors ses aspects angéliques.

Ceux qui comprennent le jeu sont ceux qui y jouent.


La question est comment se sortir de ce scénario  d'asservissement programmé ?

Nous n'avons pas en Haïti ni de Chavez, ni d'Evo Morales, ni de Correa.

Nous avons des enfants et héritiers du duvaliérisme auxquels échappent totalement la notion de bien commun, de respect, de dignité.

Leur vision, comme celle des Duvalier père et fils se conjuguent en répression et enrichissement personnel.

L'international est ravi d'avoir cette équipe au pouvoir.

On peut les comprendre. Ils ont crû après 1986 qu'ils risquaient de perdre la main et que les Haïtiens pouvaient imaginer être reponsables de leurs propres choix socio-économiques-culturels.

Les voici rassurés.  

Thanks god ! ! Il faut dire qu'ils ont bataillé fort, graissé bien des pattes, éliminer bien des vies

 pour en arriver là.

 

Les étrangers font tout ce qu'ils peuvent pour aider la gente en rose.

Ca va de la démonstration, ridicule et honteuse à en pleurer , organisée pour montrer que le chef de l'Etat a bien la nationalité haïtienne, jusqu'à l'organisation de rencontres internationales, jour après jour,  sur le territoire pour montrer qu'il s'agit, en dépit des faits,  d'une présidence respectable.

 

La propagande c'est le méga-progrès de cette  "nouvel-lE Haïti" rongée par la malnutrition, le chômage, l'absence de justice et l'exclusion.

Et le choléra :

Haïti-Santé : Les cas de choléra ont augmenté de 40 % pour le mois de juin 2013link

 

 

Bref, retournons à notre question première, après ce détour.

Pourquoi la construction de tous ces hôtels de luxe en Haïti  ? link

La réponse se trouve dans la vidéosur le fonctionnement de la BM, qu'il faut bien écouter : Vidéo (en anglais) Corruption à la Banque Mondiale, témoignage d'une ancienne employée de l'institution.


 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents