Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Scandales "roz raket" (4) Le juge Jean Serge Joseph est admis à l'hôpital Mevs

Publié par siel sur 15 Juillet 2013, 12:59pm

Catégories : #AYITI ROSE RAKET

Episodes précédents:

Le feuilleton des scandales "rose raket"

Scandales "rose raket" (2) en Haïti

Scandales "rose raket" (3)

Magistrat Jean Serge Joseph admis à l’hôpital suite aux pressions directes de Martelly et de Laurent Lamothe

Aux dernières nouvelles Tout Haiti a appris que Le magistrat Jean Serge Joseph a été admis à l'hôpital à la suite d'une rencontre au bureau d'un ex ministre de la justice dans laquelle a pris part le chef de l'état et le premier ministre Laurent Lamothe  (Voir article). Martelly et Laurent ont fait pression sur le juge pour laisser tomber le dossier de corruption contre Sophia et Olivier Martelly.

SUITE :link

 

Mòlòskòt « largué » par Martelly dans l'affaire des vraies fausses cartes

Jadis les « yeux et les oreilles du président Michel Joseph Martelly à la douane », Ernst Laventure Edouard (Mòlòskòt), qui s'est mis à couvert pour échapper au juge d'instruction Lamarre Bélizaire, déplore avoir été « largué » par son patron. Cette affaire de vraies fausses cartes qui cause sa perte pose aujourd'hui de vrais problèmes alors que les noms de nantis, d'un ex-sénateur et de personnes de la lignée de la famille présidentielle tombent dans l'assiette de l'opinion publique.

La saga Mòlòskòt, comme du petit lait, est savouré par les curieux, semaine après semaine. Suspense et rebondissements sont au rendez-vous. La tension, crescendo, monte. Le puissant juge d'instruction Lamarre Bélizaire arrête à tour de bras. Patrick Maître, Jojo Lorquet, respectivement chauffeur et ami du président Michel Joseph Martelly, sont au vert en prison depuis plus d'une semaine. Le juge les a écroué, selon des sources proches du dossier, à cause de leur complicité présumée avec Ernst Laventure Edouard, alias Mòlòskòt, ex-journaliste, coordonnateur général des douanes autodésigné, accusé d'usurpation de titre, d'usage de faux et d'association de malfaiteurs. Les vraies fausses cartes estampillées coordination générale des douanes/présidence" donnant accès à des privilèges en douane, au port d'armes, à l'utilisation de vitres teintées, de gyrophare et de sirène sont aujourd'hui des cartes à mille tracas. En milieu de semaine, Lamarre Bélizaire, lors d'une descente à Net 2000, à la rue Joseph Janvier, annonce la couleur, renforce l'effroi de ceux recherchés et/ou inscrits sur la liste de personnes interdites de sortie d'Haïti.

Entre-temps, par petites gouttes, d'autres noms fuitent. Certains sont dans la lignée de la famille présidentielle. Sur la liste, à côté de l'ex-sénateur Rudolph Boulos, d'un Accra, il y a un Mikael St-Rémy, Martelly Jacques et Marvin Dimitri Martelly, confie le remuant député Arnel Bélizaire, ennemi juré du chef de l'Etat. Le menu fretin, les petits sont laissés au juge et les gros poissons sont protégés par le pouvoir, accuse Arnel Bélizaire, qui dénonce une prise à partie sur la base de la lutte des classes. Quand, sur Magik 9, l'ex-sénateur Rudolph Boulos dément n'avoir demandé ni signé pour cette carte et menacé de poursuites judiciaires ceux qui utilisent « son visage pour diffuser de fausses informations », Arnel Belizaire prend la mouche. « C'est moi qui l'ai dit. Je persiste et signe », tempête Arnel Bélizaire. Il nuance après deux souffles, et une pique. Un citoyen a commis une « erreur ». « Ce n'est pas comme s'il avait kidnappé quelqu'un. Une carte reste une carte. Autant que je sache, je n'ai pas entendu la police dire avoir retrouvé une de ces cartes sur les lieux d'un vol », nuance Arnel Bélizaire, qui invite Boulos, probablement tenté par les privilèges offerts par cette carte, à collaborer avec le juge. Monté sur ses grands chevaux, Arnel Bélizaire rabroue la presse. Des journalistes, des grandes gueules sont tombés dans le panneau. « Il n'y a pas de dossier Mòlòskòt. Il y a un dossier de la présidence », affirme-t-il.

Le juge d'instruction, Lamarre Bélizaire, dans l'intervalle, est dans le collimateur du RNDDH et de Mòlòskòt lui-même. Le juge est en mission pour la présidence, affirme Pierre Espérance, sur tous les toits. Et des proches du pouvoir bénéficieront de sa protection, soutient Pierre Espérance, ajoutant qu'il est indispensable que la justice travaille en toute indépendance et sans interférence. Des attachés gravitant autour du pouvoir, pour Pierre Espérance, ce n'est pas un scoop. Le RNDDH avait toujours dit au chef de l'Etat de se séparer de gens à la réputation sulfureuse bien installés dans son entourage.

SUITE :link

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents