Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Why, Correa, the Ecuador's president, is helping Martelly to rebuild in catimini an army?

Publié par siel sur 9 Septembre 2013, 12:43pm

Catégories : #NUESTRA AMERICA

Martelly reconstitue l'armée en catiminilink

 

Correa from what is known from his personal life and his commitment to the welfare of his fellow citizens have a reputation to be a smart and progressist person.

Martelly belongs to the right, and we can say to the far right, enrolling himself, already at the age of 15, to the infamous Duvalier's militia:the Tonton macoutes.

He never hide his affiliations to the paramilitary's groups and the putschist, who, with great violence use their weapons against the  poor and black majority segregated,humiliated and fiercely exploited.

So,why should someone the likes of Correa-supposely  from  the le left- should collaborate with Martelly who belongs to the far right in an operation which didn't even have the approval of the Parliament?

How comes,that the same person who gave asylyum to Assange, can give with his other hand this kind of cooperation to Martelly?

Is president Correa ready to arm, to pay, to house, to feed these guys with Ecuador's money?

Or is he planning that the Ecuadorian government will make a loan to the Haitian government  for these facilities?

Someone told  me  that Correa's aim in doing so, is just a way to get his troups out of Haïti.

 

If that so, if this is just a real politic action, what about the so called  "Bolivarian recognition"  to  the  struggle for liberty  of the people of Haïti ?

Someone told me also, that he might be doing the bad job for the US.

Whatever the reasons are, Correa, who we strongly support, must know that he is doing wrong. His action is a disgrace, an offense to  the Haïtian people to which he denies the right, via its representants in the Parliament,  to make decisions on the  rule  of the country.

This is the opposite of what the haïtian people expect from the cooperation with the progressists nations of Latin America.

images-3.jpg

Certainly not a new military force for a president who has always shown a fascination for use of violence, before and after he turned himself and his alike in pink.

It"s diffucult to imagine that Bolivar will have appreciate this form of recognition. He would  had  rather  cry and claim, once more : "J'ai labouré la mer"

Commenter cet article

S
<br /> C'est certainement d'ailleurs la raison pour laquelle, en Haïti, tout parait tout rose au début pour finalement finir en eau de boudin ! Cependant, votre théorie est plausible mais même si<br /> c'était le cas, Monsieur Corréa servirait donc d'intermédiaire entre les USA et Haïti pour former la nouvelle armée, ce serait toujours préférable à une formation directe par les Etats-Unis.<br /> Les Américains n'ont jamais pu, jusqu'à présent, retourner les armées des pays gouvernés à gauche en leur faveur.<br /> <br /> <br /> Mais, en fait, l'accord fait peut-ètre jouer les volets de coopération en matière de défense de l'ALBA tout simplement, puisque Haïti est membre-observateur mais peut jouir de tous les<br /> avantages d'un pays membre à part entière, contrairement à la Russie par exemple autre pays membre-observateur mais avec un statut différent. De toute façon, en disant "peut-être", on n'en<br /> finira pas de supposer.<br /> <br /> <br /> Il me semble que vous surestimez la valeur des armées sud-américaines et que vous faites de l'armée d'Haïti une exception en mal ! Les armées latino-américaines ont toutes servies d'outils<br /> de répression pour leurs oligarchies et la proctection des intérêts US tout comme celle d'Haïti, y compris bien entendu, celle de la Républqie Dominicaine comme vous le savez toujours influente,<br /> et dans la politique, et dans l'économie ! Feu le président Chavez devait s'expliquer sans cesse sur son appartenance à une armée répressive, formée et armée par les Etats-Unis, lui<br /> président socailiste bolivarien du Vénézuela, lieutenant-colonel de cette même armée. La preuve que rien n'est impossible. Pensez-vous que des armées comme celle de l'Equateur ont un passé plus<br /> glorieux ? Ou encore le Brésil ou la police militaire est garante de l'ordre publique jsuqu'à présent ? Sans parler de l'armée chilienne qui a pourtant une tradition démocratique et<br /> inauguré le premier coup d'état de son existence le 11 septembre 1973...<br />
Répondre
S
<br /> Je ne suis pas tout-à-fait d'accord. Je pense que les armées latino-américaines, entrainées et controlées par les USA débouchaient sur des situations de répression permanente, ces armées,<br /> d'origine "exogêne" puisque filiales de l'armée US ne pouvaient que se comporter en occupants, en outre, leurs  officiers supérieurs revenaient de l'Ecole des Amériques ou de Fort Bennings<br /> avec leur contrat de travail d'agent de la CIA dument rémunérés, ces militaires étaient de fidèles supporters des Etats-Unis par la force des choses. Par contre, dans le cadre de la<br /> coopération intra-Zone Petrocaribe, de l'Alba ou autres organisations régionales, je doute que, dans ce cas précis, le président Correa se fasse le représentant des USA. La "mentalité" et<br /> l'approche des acteurs de l'intégration régionale n'ont rien à voir avec celle de ceux de la coopération Nord-Sud. Le président Zelaya au Honduras, le candidat de la droite, avait adhérer au<br /> socialisme bolivarien par pure conviction, justement en comparant la nature des relations avec les républiques soeurs membres de l'ALBA et celles, traditionnelles, de la coopération<br /> nord-américaine. Le fait de boycotter un pays parce que n'ayant pas voté "comme il faut" relève des méthodes des Etats-Unis : les pays amis d'un coté, soit ceux qui défendent les intérêts<br /> nord-américains et les ennemis de l'autre, soiut ceux qui font passer les intérêts de leurs nations avant ceux des ex-puissances coloniales et  contre qui tous les coups sont permis<br /> jusqu'à ce qu'ils rentrent dans le droit chemin. C'est toute la différence entre la coopération Sud-Sud, sans exclusive et sans préjugés, et celle du Nord, approche manichéenne, exclusive,<br /> idéologique, ingérante et interventionniste.<br />
Répondre
S
<br /> <br /> Je comprends votre désaccord. Mais  je  mantiens ma lecture plutôt pessimiste de  cette coopération avec  Correa qui, pourtant, est bien placé pour savoir que l'arrmée d'Haïti<br /> n'a jamais fait son autocritique pour  sa participation active à la dictature des 2 Duvalier et ses nombreux coups d'Etat prenant pour cible  a population.<br /> <br /> <br /> Laréaction de  l'ex-militaire,  devenu ministre de la  Défense,ne  laisse pas  augurer d'un changement de mentalités chez ces  gens-là qui ont le culot de se<br />  présenter comme des victimes.<br /> <br /> <br /> Quant à la coopération sud/sud qui serait basée sur la  non-ingérence,ce n'est  pas aussi simple que vous le  laissez entendre.<br /> <br /> <br /> Il arrive que pour des raisons de  politique interne, dans le  cadre de leurs relations avec leur puissant voisin,  les pays du Sud dont la politique s'opposent à celle des<br />  USA utilisent Haïti pour lacher du lest.<br /> <br /> <br /> Le Brésil à la tête de la Minustah,et la participation de pratiquement tous les pays dits de gauche ( à  l'exception  du Venezuela) à cette  force qui occupe Haïti depuis 2004<br />  montrent quel' in gérence, n ' est-ce  pas, est bien là.  <br /> <br /> <br />  Ce  qui fait que je ne serais pas du tout  étonnée que le gouvernement équatorient puisse avoir négocié avec  les USA la formation et le financement de cette future<br />  armée, les  USA préférant de +en+ faire faire le boulot par d'autres. De l'autre côté l'Equateur qui a pas  mal "irrité"  les  USA   avec l'histoire d'Assange<br /> trouve là de quoi montrer sa bonne volonté.<br /> <br /> <br /> Vous savez, Haïti,c'est comme le cochon,tout peut être utilisé.  On peut i ndividuellement, sur son dos passer d'acteur à grand humanitaire,pour finir chef d'une  entreprise de<br /> construction.Comme on peut,  au niveau d'un pays l'utiliser pour amadouer l'omnipuissant voisin.<br /> <br /> <br /> Chaque pays défendant ses intérêts en priorité.<br /> <br /> <br /> Voici, voila.<br /> <br /> <br /> Bonne semaine<br /> <br /> <br /> <br />

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents